Ambrogio Lorenzetti, Il profeta Aggeo »

Ambrogio Lorenzetti (Sienne, vers 1290 – Sienne, 1348)

Le prophète Aggée, 1334-1336.

Fresque, détail de la voûte de la chapelle de San Galgano. 

Inscriptions : 

  • (sur le phylactère) : « MAGNA ERIT GLORIA DOMUS ISTIUS NOVISSIMAE » [1]

Provenance : In situ.

Montesiepi (Chiusdino), Chapelle de San Galgano.

Ève Borsook lit dans le phylactère tenu par le prophète une citation « abrégée » du Livre d’Aggée qui, si elle était vérifiée, dont le contenu pertinent dans le contexte présent justifierait pleinement le commentaire de l’historienne selon laquelle ce texte est une allusion à la cabane construite par Galgano, devenue un sanctuaire (la rotonde agrandie de la chapelle auxiliaire) dans lequel célébrer les services divins.

Le prophète Aggée indique d’un geste de la main qui évoque celui de saint Michel, la Vierge qui trône dans le royaume des cieux, et dans la lunette centrale de la chapelle.

[1] Selon Ève Borsook (BORSOOK 1966, p. 16, l’inscription relevée dans le phylactère serait “une abréviation » de la phrase suivante, tirée du Livre d’Aggée : « Magna erit gloria domus istius novissimae [plus quam primae, dicit Dominus exercituum : et in loco isto dabo pacem, dicit Dominus exercituum] » : « La gloire de cette dernière maison sera plus grande [que celle de la première, dit l’Éternel des armées ; et c’est dans ce lieu que je donnerai la paix, dit l’Éternel des armées] ». (Livre d’Aggée, 2, 10).