Ambrogio Lorenzetti, Il profeta Aggeo »

Ambrogio Lorenzetti (Sienne, vers 1290 – Sienne, 1348)

Le prophète Aggée, 1334-1336.

Fresque, détail de la voûte de la chapelle de San Galgano. 

Inscriptions : 

  • (sur le phylactère) : « MAGNA ERIT GLORIA DOMUS ISTIUS NOVISSIMAE » [1]

Provenance : In situ.

Montesiepi (Chiusdino), Chapelle de San Galgano.

Ève Borsook lit dans le phylactère tenu par le prophète une citation « abrégée » du Livre d’Aggée qui, si elle était vérifiée, dont le contenu pertinent dans le contexte présent justifierait pleinement le commentaire de l’historienne selon laquelle ce texte est une allusion à la cabane construite par Galgano, devenue un sanctuaire (la rotonde agrandie de la chapelle auxiliaire) dans lequel célébrer les services divins.

Le prophète Aggée ? indique d’un geste de la main qui évoque celui de saint Michel, la Vierge qui trône dans le royaume des cieux, et sur la lunette centrale de la chapelle.

[1] Selon Ève Borsook (BORSOOK 1966, p. 16, l’inscription relevée dans le phylactère serait »une abréviation » de la phrase suivante, tirée du Livre d’Aggée : « Magna erit gloria domus istius novissimae [plus quam primae, dicit Dominus exercituum : et in loco isto dabo pacem, dicit Dominus exercituum] » : « La gloire de cette dernière maison sera plus grande [que celle de la première, dit l’Éternel des armées ; et c’est dans ce lieu que je donnerai la paix, dit l’Éternel des armées] ». (Livre d’Aggée, 2, 10).