Giovanni di Paolo, “Gamaliele appare in sogno al sacerdote Luciano”

Giovanni di Paolo (Sienne, actif de 1417 à 1482)

Gamaliele appare in sogno al sacerdote Luciano (Gamaliel apparaît en songe au prêtre Lucien), 1450.

Compartiment de prédelle du Polyptyque de Santo Stefano alla Lizza, tempera et or sur panneaux.

Provenance : Église de Santo Stefano alla Lizza. 

Sienne, Baptistère de San Giovanni. 

Un homme dort tout habillé dans son manteau de couleur bleu acier, à l’intérieur d’une alcôve dont le rideau blanc a opportunément été maintenu ouvert et nous permet ainsi d’observer l’événement. Allongé sur un lit typique de ceux qui meublaient les intérieurs médiévaux siennois, du moins lorsqu’une fortune suffisante permettait d’en faire l’acquisition, cet homme est profondément endormi, la tête enveloppée dans son épaule droite. Il s’appelle Luciano, ou Lucien, et l’on sait qu’il est curé de son état. Dans son sommeil, il rêve et, par la magie de la peinture, il est possible d’observer la figure qui vient de lui apparaître en songe. Il s’agit d’un vieillard tout de blanc vêtu et flottant dans les airs au-dessus de Luciano. Nous apprendrons qu’il s’agit de Gamaliel, membre du Sanhédrin, venu apporter miraculeusement une nouvelle d’importance.

Dans sa Lettre à toutes les Églises sur la révélation du corps d’Etienne, premier martyr, Luciano décrit très précisément cette apparition : « […] j’ai vu au loin un homme âgé, vénérable et digne prêtre, aux cheveux gris avec une longue barbe, avec une robe blanche éclatante de gemmes d’or, avec l’effigie de la sainte croix, et avec une verge d’or dans sa main.  Quand je le vis, je me dis avec hésitation : ‘Qui penses-tu qu’il est ?  Cela vient-il de Dieu ou de l’adversaire ? […] En le voyant marcher, j’ai commencé à penser dans mon cœur et à me dire : ‘Si cet homme vient de Dieu, il m’appellera trois fois ;  s’il m’appelle une seule fois, je ne lui répondrai pas.  Il vint aussitôt vers moi.] S’approchant, il s’arrêta sur ma droite et me toucha avec la verge d’or en m’appelant trois fois : ‘Luciano, Luciano, Luciano’ ».

Luciano reçoit alors de Gamaliel l’ordre de se rendre à Jérusalem pour rencontrer l’évêque de la ville, Giovanni, et l’informer du lieu où se trouve la sépulture de saint Étienne et de trois autres défunts, dont l’auteur de l’annonce lui-même. Prudent et dubitatif, Luciano exigera deux autres apparitions à son visiteur nocturne, qui le lui reprochera, avant d’exécuter cet ordre.

Avant de suivre Luciano dans l’étape suivante de son périple (Luciano racconta al vescovo di Gerusalemme il suo sogno), nous constatons avec une satisfaction enfantine que l’image peinte par Giovanni di Paolo est d’une extrême fidélité à sa source légendaire.