Bartolo di Fredi, « Dio ammonisce Adamo »

Bartolo di Fredi (Sienne, 1330 – 1410)

Dio ammonisce Adamo (Dieu admoneste Adam), 1367.

Détail des Storie del Vecchio Testamento (Épisodes de l’Ancien Testament), 120 x 160 cm.

Fresque.

Inscriptions : 

  • (en bas, dans l’encadrement de la fresque) : « COME . DIO . DA . COMANDO / AMERITO . DELPOMO . DIVETO » [1]

Provenance : In situ.

San Gimignano, Collegiata.

Le temps est venu des admonestations et des commandements. Dans une parfaite unité de temps et d’espace, Dieu s’adresse une nouvelle fois, le doigt levé, à Adam et Ève qui se tiennent devant lui. « Tu peux manger les fruits de tous les arbres du jardin » a-t-il dit à Adam dans un épisode précédent, avant d’ajouter à l’instant : « mais l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras pas ; car, le jour où tu en mangeras, tu mourras » (Gn 2, 16-17). Si la présence d’Eve peut sembler anachronique au regard du texte de la Genèse, la nudité des deux êtres qui écoutent respectueusement l’avertissement divin n’a rien qui puisse surprendre : « Tous les deux, l’homme et sa femme, étaient nus, et ils n’en éprouvaient aucune honte l’un devant l’autre » (Gn 2, 25).

En bonne logique, la dernière lunette devrait nous permettre de contempler le spectacle du Péché originel. Mais cette logique se heurte au fait que, depuis le XVIe siècle, une tribune d’orgue a occasionné la destruction de la fresque. Nous poursuivrons donc avec la scène représentant Adam et Ève chassés du Paradis, elle aussi extrêmement endommagée.

[1] « Comment Dieu donne le commandement au sujet de la pomme défendue ».