Bartolo di Fredi, « Sogno di Giuseppe »

Bartolo di Fredi (Sienne, 1330 – 1410)

Sogno di Giuseppe (Songe de Joseph), 1367.

Détail des Storie del Vecchio Testamento (Épisodes de l’Ancien Testament).

Fresque

Inscriptions :

  • (en bas, dans l’encadrement de la fresque) : « COMEIOSEP . SOGNÒ . CHE / DOVEVA . ESSERE . ADORATO » [1]

Provenance : In situ.

San Gimignano, Collegiata.

Nous voici en présence de Joseph, que l’on voit profondément endormi, allongé dans un large lit au décor finement exécuté, sous une couverture au couleurs et au décor caractéristiques de celles utilisées à Sienne au XIVe siècle. Joseph rêve. La scène se déroule dans une chambre largement ouverte sur un champ où les blés mis en gerbes ont des dimensions plus ressemblantes à celles d’un arbre. Nous savons que l’échelle à laquelle ils sont représentés ne respecte strictement pas la réalité, et ce pour une simple et bonne raison : il faut que l’on voit puisse voir individuellement chacune de ces gerbes, et même, que l’on puisse les compter : on peut en dénombrer un total de douze. L’arrière-plan s’éloigne vers une campagne vallonnée, dans une nuit éclairée simultanément par la lune et le soleil. Tandis que Joseph rêve, nous sommes en mesure de contempler ce rêve même. De quoi s’agit-il ?

On peut lire dans l’Ancien Testament (Genèse) que Joseph, dans sa jeunesse, aurait fait non pas un rêve mais deux, et qu’il s’empressa de les raconter à ses frères jaloux depuis toujours de la préférence marquée par leur père à son égard. Le premier rêve que raconte Joseph se situe dans un champ de blé : onze gerbes (représentant chacun de ses onze demi-frères) s’inclinent respectueusement devant une douzième gerbe dont Joseph a compris qu’elle le symbolisait personnellement. Mais ce n’est pas tout. Dans son second rêve, onze étoiles (toujours ses onze frères), le soleil (Jacob ?) et la Lune (Léa ?) se prosternent devant lui. Le récit de ces deux rêves prémonitoires par Joseph ne fait qu’accroître la jalousie de ses frères «  qui l’en détestèrent d’autant plus » (Gn 37, 5) . Leur vengeance va les conduire à vendre leur frère à des marchands en voyage vers l’Egypte. Avant cela, le malheureux est descendu au fond d’une citerne.