Sources écrites relatives aux Dominations

« […] en lui [1], tout fut créé, dans le ciel et sur la terre. Les êtres visibles et invisibles, Puissances, Principautés, Souverainetés, Dominations, tout est créé par lui et pour lui. »

Paul, Épître aux Colossiens (Col 1, 16).

D’après Denys l’Aréopagyte, « les Saintes Écritures appellent Dominations les esprits plus élevés en dignité qui communiquent aux ordres inférieurs les dons de Dieu ».

Selon la Somme théologique, le nom de Domination signifie d’abord une liberté exempte de la condition servile et de la sujétion quotidienne à laquelle le peuple est astreint, et de l’oppression tyrannique dont les grands eux-mêmes souffrent parfois.

Ce nom signifie encore « un gouvernement ferme et inflexible qui n’est incliné à aucun acte servile ni à aucun de ces actes qu’entraîne la sujétion ou l’oppression causée par le tyran. » 

En troisième lieu enfin, ce nom signifie « le désir et la participation de la véritable souveraineté qui est en Dieu. »

[1] Lui : le Christ.

[2] Somme théologique (Summa theologica) : traité théologique et philosophique en trois parties de Thomas d’Aquin (1224 ou 1225-1274), écrit entre 1266 et 1273, demeuré inachevé. C’est l’œuvre majeure de Thomas d’Aquin à laquelle il a consacré les dernières années de sa vie.

%d blogueurs aiment cette page :