I.N.R.I.

L’acronyme « I.N.R.I. » résume généralement la formule latine Iesus Nazarensis Rex Iudei Jésus le Nazaréen, roi des Juifs » [1].

[1] Cette inscription figure généralement dans le titulus fixé au sommet de la croix dans les scènes représentant la Crucifixion. Elle se base sur le texte de l’Évangile selon Jean : « Pilate fit graver une inscription, qu’il plaça sur la croix, et qui était ainsi conçue : Jésus le Nazaréen, roi des Juifs ». Elle figure sous une forme quelque peu différente dans les trois autres textes canoniques : « Roi des Juifs » dans l’Évangile selon Marc, « Jésus roi des Juifs » dans l’Évangile selon Matthieu, et « Celui-ci est le roi des Juifs » dans l’Évangile selon Luc. L’Évangile attribué à Jean précise que l’inscription était rédigée en trois langues : hébreu, grec et latin. Ce même évangile est le seul à mentionner que cette inscription fut l’objet de critiques : « Les principaux sacrificateurs des Juifs dirent à Pilate : ‘N’écris pas : Roi des Juifs. Mais écris qu’il a dit : Je suis le roi des Juifs’. Pilate répondit : ‘Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit’. Cet écriteau ne représenterait donc aux yeux de Pilate que le simple motif de la condamnation de Jésus, exécuté en tant que criminel politique, d’où sa présence sur la croix. Le texte de l’Évangile indique cependant qu’au moyen de cette phrase, les Romains voulaient également railler celui qui se proclamait le Messie, dérision qui trouve deux prolongements significatifs à travers la couronne d’épines et le sceptre de bois.