Égide

Dans l’Iliade, l’égide est “l’arme cosmique de Zeus qu’il prête occasionnellement à Apollon et à Athéna. Elle n’appartient en propre à Athéna que dans l’imagerie, au moment où le gorgonéion emblématique est inséré dans la panoplie de la déesse, vers 550-530 [1]Monique Halm-Tisserant, “Le Gorgonéion, emblème d’Athéna. Introduction du motif sur le bouclier et l’égide”. Revue Archéologique, no. 2, 1986, pp. 245–278. JSTORhttp://www.jstor.org/stable/41736375. Accessed 11 June 2021. ”.

L’égide est, le plus souvent, considérée comme l’œuvre d’Héphaïstos. Elle n’a pas la simple apparence du bouclier défini dans les dictionnaires. Homère décrit « […] la précieuse égide, inaltérable et pure,
D’où pendillaient cent franges merveilleusement tressées,
Tout en or fin, et dont chacune valait bien cent bœufs [2]Homère, Iliade, II, 446-449. ».

Au chant V [3]Homère, Iliade, V, 738-742., la représentation diffère sensiblement : « [Athéna] jeta sur ses épaules l’effrayante égide
Aux poils mouvants, où s’étalaient, en un grand rond, Déroute,
Et Discorde et Vaillance et Poursuite glaçant les cœurs,
Elle porte en son centre la tête de Gorgo, ce monstre épouvantable,
Terrible, grimaçant, signe de Zeus le Porte-Égide [4]L’égide est l’arme merveilleuse, offensive autant que défensive, détenue par Zeus, symbole de la puissance souveraine. ».

Notes

Notes
1 Monique Halm-Tisserant, “Le Gorgonéion, emblème d’Athéna. Introduction du motif sur le bouclier et l’égide”. Revue Archéologique, no. 2, 1986, pp. 245–278. JSTORhttp://www.jstor.org/stable/41736375. Accessed 11 June 2021.
2 Homère, Iliade, II, 446-449.
3 Homère, Iliade, V, 738-742.
4 L’égide est l’arme merveilleuse, offensive autant que défensive, détenue par Zeus, symbole de la puissance souveraine.