Sources textuelles de l’épisode de la Circoncision

Dans le Nouveau Testament, l’épisode de la circoncision [2] de Jésus est rapporté dans l’Évangile de Luc (Lc 2, 21-39). Cependant, il convient de se référer à l’Ancien Testament pour trouver le premier texte évoquant cette pratique.

Genèse (Gn 17, 9-13) :

« Dieu dit à Abraham : « Toi, tu observeras mon alliance, toi et ta descendance après toi, de génération en génération. Et voici l’alliance qui sera observée entre moi et vous, c’est-à-dire toi et ta descendance après toi : tous vos enfants mâles seront circoncis. La chair de votre prépuce sera circoncise, et cela deviendra le signe de l’alliance entre moi et vous. À chaque génération, tous vos enfants mâles âgés de huit jours seront circoncis, les enfants nés dans la maison, ou les enfants étrangers qui ne sont pas de ta descendance mais sont acquis à prix d’argent. Né dans la maison ou acquis à prix d’argent, tout mâle sera circoncis. Inscrite dans votre chair, mon alliance deviendra une alliance éternelle. L’incirconcis, le mâle dont la chair du prépuce n’aura pas été circoncise, celui-là sera retranché d’entre les siens : il aura rompu mon alliance. »

Évangile de Luc (Lc 2, 21) :

« Le huitième jour, auquel l’enfant devait être circoncis, étant arrivé, on lui donna le nom de Jésus, nom qu’avait indiqué l’ange avant qu’il fût conçu dans le sein de sa mère ».

Dans la Légende dorée, Jacques de Voragine évoque également l’événement dans des lignes qui, si elles ne donnent guère d’éléments exploitables visuellement par les peintres, apportent un éclairage particulier quant au sens que lui a donné la tradition catholique médiévale : « La Circoncision célèbre le fait même de la circoncision du Seigneur. Celui-ci, en consentant à se laisser circoncire, avait plusieurs motifs : 1o il voulait montrer qu’il avait vraiment revêtu la chair humaine : car seul un corps véritable peut émettre du sang ; 2o il voulait nous montrer que, nous aussi, nous devions accepter la circoncision spirituelle, c’est-à-dire nous livrer au travail de notre purification ; 3o le Seigneur s’est laissé circoncire pour ôter aux Juifs toute excuse dans leur conduite ; car, s’il n’avait pas été circoncis, ils auraient pu lui dire : ‘Nous ne t’avons pas accueilli, mais c’est parce que tu étais différent de nos pères !’ 4o le Seigneur a voulu montrer son approbation de la loi de Moïse, ‘qu’il était venu non pas détruire, mais compléter et réaliser [1]Référence à un passage du Sermon sur la montagne rapporté par Matthieu : « Ne pensez pas que je sois venu supprimer la loi de Moïse et l’enseignement des prophètes. Je ne suis pas venu pour les supprimer mais pour leur donner tout leur sens » Évangile de Matthieu (Mt 5, 17).’ [2]Jacques de Voragine, La Légende dorée, chap. XIII, « La Circoncision de Notre-Seigneur Jésus-Christ (1er janvier) ».  ».

Notes

Notes
1 Référence à un passage du Sermon sur la montagne rapporté par Matthieu : « Ne pensez pas que je sois venu supprimer la loi de Moïse et l’enseignement des prophètes. Je ne suis pas venu pour les supprimer mais pour leur donner tout leur sens » Évangile de Matthieu (Mt 5, 17).
2 Jacques de Voragine, La Légende dorée, chap. XIII, « La Circoncision de Notre-Seigneur Jésus-Christ (1er janvier) ».
%d blogueurs aiment cette page :