Xenodochium

Au Moyen Âge, le xenodochium [1]Du grec : xenodochèion, de xénos, hôte, et dochèion, réceptacle ; devenu xenodochium en latin et xenodochio en italien. est une structure d’accueil gratuite, ou hospice, destinée aux malades, aux pauvres et aux étrangers de passage. Les xenodochia « semblent avoir été des institutions urbaines, gérées par ceux qui devaient faire preuve de charité, les moines mais aussi les évêques et leur clergé. La présence d’un xenodochium n’implique pas la présence d’une communauté monastique, mais quand on n’a pas d’autre renseignement et que l’établissement n’est pas en relation avec la cathédrale, l’hypothèse d’une communauté de moines ou de moniales le desservant est légitime. » [2]Michèle Gaillard, « Monasterium, cella, abbatia… Enquête sur les différents termes désignant les communautés religieuses au haut Moyen Âge (Ve -milieu XIe siècle) et leur signification », Bucema, Bulletin du Centre d’Études Médiévales, Auxerre, hors-série n° 10 (L’origine des sites monastiques : confrontation entre la terminologie des sources … Poursuivre

Plus petit qu’un hôpital, ce lieu était généralement localisé dans un centre habité, lui-même situé sur le tracé d’un chemin de pèlerinage (en Toscane, la Via Francigena).

Notes

Notes
1 Du grec : xenodochèion, de xénos, hôte, et dochèion, réceptacle ; devenu xenodochium en latin et xenodochio en italien.
2 Michèle Gaillard, « Monasterium, cella, abbatia… Enquête sur les différents termes désignant les communautés religieuses au haut Moyen Âge (Ve -milieu XIe siècle) et leur signification », Bucema, Bulletin du Centre d’Études Médiévales, Auxerre, hors-série n° 10 (L’origine des sites monastiques : confrontation entre la terminologie des sources textuelles et les données archéologiques, 2016).
%d blogueurs aiment cette page :