« Taglia »

« À l’époque de Dante, le terme taglia possède une signification qui est de nature spécifiquement militaire : il indique le contingent de chevaliers mercenaires que chaque membre d’une ligue s’est engagé à fournir pour la réalisation d’une cause commune. Le capitaine de la ligue a pour mission de passer en revue les contingents de militaires enrôlés par les municipalités associées, et d’en écarter les éléments jugés inadaptés. À une époque plus tardive, les chevaliers de taglia ne sont plus choisis individuellement par les membres de la ligue, mais ces derniers payent une somme donnée, destinée à la solde de ces milices dorénavant enrôlées par la municipalité dont le rôle est le plus important dans la ligue ; le paiement est quant à lui proportionné à l’estimation des capacités financières de chacun des associés au sein de la ligue.

La première taglia s’est formée au sein de la ligue des communes gibelines partisantes de Manfredi (1261) ; on peut également parler de taglia guelfe lorsque ces pactes militaires particuliers sont établis au sein de la ligue des guelfes. » [1]D’après Guido Favati, Guido Pampaloni, « Taglia », dans Umberto Bosco (dir.), Enciclopedia Dantesca, Istituto dell’Enciclopedia Italiana Treccani, 1970-1978.

Notes

Notes
1 D’après Guido Favati, Guido Pampaloni, « Taglia », dans Umberto Bosco (dir.), Enciclopedia Dantesca, Istituto dell’Enciclopedia Italiana Treccani, 1970-1978.
%d blogueurs aiment cette page :