San Giovanni Battista all’Abbadia Nuova

Francesco Vanni, « Pianta della Città di Siena » (détail). [1]Incisione a bulino su otto matrici in lastre di rame, le carte incollate su tela con bordi dipinti di verde e due lastre di legno nelle estremità. La raffigurazione della città è a volo d’uccello, cartigli fitti di descrizioni in basso, mentre superiormente è una gloria celeste con i Santi e protettori di Siena. Rilevante interesse iconografico. francesco Vanni, oltre che pittore si … Poursuivre

« L’église disparue de San Giovanni Battista, annexée à un couvent de religieuses augustines, se dressait à Sienne dans le quartier de Porta Pispini et fut longtemps connue sous le nom de San Giovanni Battista alla Porta di Busseto ou Abbadia Nuova, en raison de sa proximité respectivement avec la porte Busseto (qui s’ouvrait autrefois dans les murs de la ville siennoise entre la Porta Pispini et la Porta Ovile) et la soit-disant Abbadia Nuova, ou l’ancien monastère de Vallombrosan des Santi Giacomo et Filippo qui, à partir des dernières années du XVIe siècle, est devenu le siège du couvent des religieuses de Santa Chiara. Aujourd’hui, en raison de la suppression du pieux institut des Clarisses au début du XIXe siècle, il abrite la caserne de Santa Chiara. Pour témoigner des formes anciennes de l’église de San Giovanni Battista, il reste cependant la célèbre carte de Sienne dessinée à la fin du XVIe siècle par Francesco Vanni, dans laquelle le bâtiment de San Giovanni Battista all’Abbadia Nuova est facilement reconnaissable dans la construction marquée du repère 41, à proximité des murailles qui défendent la zone de Pispini. Ce témoignage iconographique fidèle montre la petite église juste au-delà des derniers bâtiments qui ferment aujourd’hui la courte Via di Santa Chiara, sur un site actuellement occupé par l’entrée de la caserne ; le bâtiment à pignon se caractérise par une façade légèrement surélevée, surmontée d’une croix et orientée vers le vaste complexe devant l’Abbadia Nuova (numéro 44) ; dans le mur de gauche, deux fenêtres semblent s’ouvrir, tandis que dans la partie supérieure du mur du fond, séparé des murs de la ville par un petit jardin, on reconnaît un oculus qui se trouvait évidemment au-dessus du maître-autel. » [2]Gabriele Fattorini, « Luca di Tommè, Sano di Pietro e due polittici per la chiesa di San Giovanni Battista all’Abbadia Nuova di Siena »Prospettiva, N° 126/127 (Aprile-Luglio 2007), p. 60.

Œuvres provenant de l’église

Notes

Notes
1 Incisione a bulino su otto matrici in lastre di rame, le carte incollate su tela con bordi dipinti di verde e due lastre di legno nelle estremità. La raffigurazione della città è a volo d’uccello, cartigli fitti di descrizioni in basso, mentre superiormente è una gloria celeste con i Santi e protettori di Siena. Rilevante interesse iconografico. francesco Vanni, oltre che pittore si dedicò all’incisione.
2 Gabriele Fattorini, « Luca di Tommè, Sano di Pietro e due polittici per la chiesa di San Giovanni Battista all’Abbadia Nuova di Siena »Prospettiva, N° 126/127 (Aprile-Luglio 2007), p. 60.
%d blogueurs aiment cette page :