Venturino Mercati, «


Venturino Mercati (Milan ou Crémone, v. 1450 – actif entre 1467 et 1480) [1]Le moine copiste Alessandro da Sesto est l’auteur de la calligraphie et de la notation musicale. Les initiales ornées sont l’œuvre du moine Bartolomeo da Ferrara (1471-1472).

Hodie in iordane [2]« Hodie in Jordane baptizato domino aperti sunt caeli et sicut columba super eum spiritus mansit et vox [patris intonuit hic est filius meus dilectus in quo mihi complacuit] » (« Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l’eau. Et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre … Poursuivre. Adoration des mages,

Antiphonaire C. Depuis l’Épiphanie jusqu’au troisième dimanche avant le Carême.

Tempéra et or sur parchemin,

Provenance : Monastère de Monte Oliveto Maggiore, Chiusure (Asciano).

Chiusi, Museo della Cattedrale.

L’initiale (f. 4v) représente l’Adoration des mages. Les trois rois sont vêtus à la mode italienne du XVe siècle, et portent tous sur la tête la couronne affirmant leur statut. Adoptant des attitudes variées, ils offrent leurs présents à l’enfant assis dans les bras de Marie, tandis que Joseph, à l’arrière, observe la situation. La scène se déroule dans un paysage ouvert, où le regard pénètre vers un lointain aux curieuses montagnes blanches et rêvées. Au firmament d’un ciel décidément outremer, l’étoile qui a conduit les personnages jusqu’à leur destination brille obstinément au-dessus de la scène.

Notes

Notes
1 Le moine copiste Alessandro da Sesto est l’auteur de la calligraphie et de la notation musicale. Les initiales ornées sont l’œuvre du moine Bartolomeo da Ferrara (1471-1472).
2 « Hodie in Jordane baptizato domino aperti sunt caeli et sicut columba super eum spiritus mansit et vox [patris intonuit hic est filius meus dilectus in quo mihi complacuit] » (« Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l’eau. Et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j`ai mis toute mon affection »). D’après l’Évangile selon Matthieu (Mt 3, 16-17).
%d blogueurs aiment cette page :