Venturino Mercati, « Stephanus autem plenus gratia et fortitudine »

Venturino Mercati (Milan ou Crémone, v. 1450 – actif entre 1467 et 1480) [1]Intervention de Liberale da Verona au f. 24r. La calligraphie, la notation musicale et les initiales ornées à la plume ont été exécutées par le moine copiste Alessandro da Sesto.

Stephanus autem plenus gratia et fortitudine [2]« Stephanus autem, plenus gratia et fortitudine, faciebat prodigia et signa magna in populo. » (« Or Etienne, plein de grâce et de force, faisait des prodiges et de grands miracles parmi le peuple. ») Les Actes des Apôtres (Ac 6, 8).. Martyre de saint Etienne, 1472-1473.

Tempéra et or sur parchemin, 59 x 44 cm.

Antiphonaire B. Depuis Noël jusqu’à la Circoncision de Jésus.

Provenance : Monastère de Monte Oliveto Maggiore, Chiusure (Asciano).

Chiusi, Museo della Cattedrale.

L’initiale visible à la page ouverte (f. 30r) représente le martyre du protodiacre Etienne, lapidé pour avoir refusé d’abjurer la religion chrétienne. Dans un lumineux paysage où l’air semble aussi pur qu’après une pluie de printemps, le jeune homme agenouillé en prière est percuté à la tête par les pierres que lui jettent deux bourreaux.

L’habileté avec laquelle Venturino Mercati utilise les contours sinueux de l’initiale S est remarquable. Enveloppant d’un même mouvement les trois protagonistes, la ligne courbe, tout en épousant, dans sa partie centrale, l’oblique formée par le dos du lanceur de pierre affairé à ramasser les projectiles, participe à accentuer l’impression d’animation qui caractérise la partie gauche de l’image, laquelle contraste violemment avec la silhouette verticale et immobile du saint.

Dans les petites dimensions de la surface disponible, l’enlumineur réussit brillamment la prouesse qui consiste à créer l’illusion d’un espace profond en exploitant notamment l’effet de dégradé du bleu du ciel qui va s’éclaircissant en fonction de l’éloignement, selon une réalité physique véritablement observée, et que les artistes de la Renaissance auront utilisée bien avant Léonard de Vinci, pourtant réputé l’inventeur du procédé.

Notes

Notes
1 Intervention de Liberale da Verona au f. 24r. La calligraphie, la notation musicale et les initiales ornées à la plume ont été exécutées par le moine copiste Alessandro da Sesto.
2 « Stephanus autem, plenus gratia et fortitudine, faciebat prodigia et signa magna in populo. » (« Or Etienne, plein de grâce et de force, faisait des prodiges et de grands miracles parmi le peuple. ») Les Actes des Apôtres (Ac 6, 8).
%d blogueurs aiment cette page :