Villa Cetinale

Ancaiano, en Toscane, à quelques kilomètres à l’ouest de Sienne, au cœur d’une gigantesque forêt de chênes, cache une demeure secrète, somptueuse et mystérieuse. Bâtie sur les ruines d’un ancien campement étrusque, la villa Cetinale est à la fois un morceau d’histoire, un sanctuaire du catholicisme et un chef-d’œuvre d’architecture baroque. Son immense jardin est également, pour les spécialistes, un modèle en matière de paysagisme italien, et les nombreuses sculptures qui le parsèment sont l’œuvre des plus grands artistes du XVIIe siècle.

En 1651, Fabio Chigi, cardinal de Rome et futur Pape Alexandre VII, acquiert une petite grange à cet emplacement et commence des travaux d’agrandissement. Interrompus en 1656, après la nomination du Cardinal au Saint-Siège, ils seront repris en 1676 par Flavio Chigi, son neveu, qui engagera alors le célèbre architecte Carlo Fontana et terminera la construction de cette villa baroque de trois étages et de son immense domaine.

Les jardins de la villa Cetinale sont organisés le long d’une grande artère centrale, longue d’environ 300 mètres et bordée de cyprès géants, de magnifiques sculptures végétales et d’une grande variété d’arbres fruitiers. Elle se prolonge sur les flancs d’une colline par une « Scala Santa», un Saint Escalier menant à un monastère qui fut occupé jusqu’à la fin du XIXème siècle et d’où l’on peut contempler l’ensemble du domaine. Çà et là, des beffrois, des folies et nombre de statues, dont certaines sont l’oeuvre de Giuseppe Mazzuoli, peuplent ce jardin infini.

%d blogueurs aiment cette page :