Meo di Tale, Gaddo di Giovanni da Cascina, Ceo di Colo et Andrea Pisano, « Croce reliquiario del legno della Santa Croce »

Meo di Tale (actif au cours de la première moitié du XIVe s.) e Gaddo di Giovanni da Cascina (actif à partir de 1331 – Pise, 1349), Ceo di Colo (actif au cours de la première moitié du XIVe s.) e Andrea Pisano (actif de 1330 à 1348)

Croce reliquiario del legno della Santa Croce (Croix-reliquaire du bois de la Sainte Croix), 1346. [1]L’œuvre est datée et signée (Voir note 2).

Bois, lame d’argent, cuivre doré et gravé, émaux translucides.

Inscriptions :

  • (sur le rebord de la base) : « +. HOC MEUS ET GADDUS CEUS ANDREASQ(UE) MAGISTRI : PISIS FECERUNT ARGENT AURIQ(UE) MINISTRI : » [2]« Meo et Gaddo, Ceo et Andrea, maîtres orfèvres de Pise, exécutèrent cette œuvre. »

Provenance : Cathédrale de San Cerbone, Massa Marittima.

Massa Marittima, Museo d’Arte Sacra di San Pietro all’Orto.

En 1346, quatre orfèvres pisans, Meo di Tale, Gaddo di Giovanni da Cascina, Ceo di Colo et Andrea da Pontedera (plus connu sous le nom d’Andrea Pisano, l’auteur de l’une des portes du baptistère de Florence) réalisèrent  (et signèrent) ce crucifix précieux en argent et cuivre qui reprend, comme un reflet dans un miroir, les formes du Christ de Giovanni Pisano exposé dans la même salle du musée.

Mostra di opere d’arte restaurate nelle province di Siena e Grosseto. II (cat. exp. Sienne, 1981), Gênes, 1981, pp. 38-41, n. 8.

Bruno Santi, « Orafo senese 1310-20. Croce reliquiario », Il Gotico a Siena : miniature, pitture, oreficerie, oggetti d’arte (cat. exp. Sienne, 1982), Florence, 1982, pp. 109-113, n. 32.

Notes

Notes
1 L’œuvre est datée et signée (Voir note 2).
2 « Meo et Gaddo, Ceo et Andrea, maîtres orfèvres de Pise, exécutèrent cette œuvre. »
%d blogueurs aiment cette page :