Francesco di Segna, « Madonna col Bambino, Santa Caterina d’Alessandria, Santo vescovo, San Giovanni Evangelista, Santo monaco »

IMG_1813

Francesco di Segna (Sienne, documenté de 1328 à 1339)

Madonna col Bambino, Santa Caterina d’Alessandria, Santo vescovo, San Giovanni Evangelista, Santo monaco (Vierge à l’Enfant, Sainte Catherine d’Alexandrie ; Saint évêque, Saint Jean l’évangéliste, Saint moine)

Tempéra sur bois, 96 x 211cm. (dimensions maximales).

Provenance : Compagnia di Sant’Antonio Abate, Montalcino.

Montalcino, Museo Civico e Diocesano di Arte Sacra.

IMG_1816

1

La douceur du visage de la Vierge du panneau central a conduit à faire le rapprochement de ce polyptyque avec l’œuvre de Francesco di Segna [1] et à lui en attribuer la paternité.

Comme dans le polyptyque précédent (d’un auteur anonyme), l’Enfant Jésus empoigne ici le voile de la Vierge dans un geste (fig. 1) destiné à évoquer le moment où, lors de la Passion, la Vierge, se refusant à subir le spectacle de la nudité du Christ au moment de la Crucifixion, ôte son voile pour couvrir la nudité du Christ. Une nouvelle fois, plus encore que précédemment, il nous faut comprendre que les visages des deux protagonistes expriment leur connaissance du drame à venir, ce qui explique à la fois la tristesse du visage de la Vierge et la gravité (pour ne pas dire : la colère) de celui du Christ. Comme dans l’oeuvre précédente, les quatre saints représentés dans les panneaux latéraux (fig. 3, 4, 5 et 6) sont les témoins silencieux de la scène dont ils perçoivent parfaitement la gravité dissimulée derrière l’apparente insignifiance d’une scène d’amour maternel.

img_2879img_2880

3                                             4

img_2882img_2883

5                                             6

[1] Francesco di Segna ou Francesco di Segna di Buonaventura : peintre de l’école de Duccio, documenté à Sienne de 1328 à 1339.