Bartolo di Fredi, « La levitazione del Beato Filippino Ciardelli »

 

img_2713

Bartolo di Fredi, (Sienne, documenté à partir de 1353 – mort en 1410)

La levitazione del Beato Filippino Ciardelli (La lévitation du Bienheureux Filippino Ciardelli)

Tempéra sur bois, élément du Polittico della Deposizione dalla Croce (Polyptyque de la Déposition de la Croix), 80 x 69 cm.

Inscriptions (sur le cadre) : « CHOME . S[AN]C[T]O. FILIPPINO . ERA . PIV . VOLTE ILDI . LEVATO . INARIA. DAGLIANGELI » [1]

Provenance : Église de San Francesco, Montalcino.

Montalcino, Museo Civico e Diocesano d’Arte Sacra.

La scène de la Lévitation a lieu au même endroit que celle de la Guérison des malades : on reconnaît la porte ouvrant sur l’intérieur de l’église, les palissades du jardin et les cimes des arbres qui s’élancent vers le ciel. Nous sommes en lieu connu et il ne semble en rien surprenant que des miracles se produisent ici. La position des deux témoins de l’enlèvement de Filippino – il s’agit de saint Bonaventure et de l’un de ses compagnons franciscain – crée l’empathie nécessaire ; comme nous, bien qu’adoptant une attitude et une gestuelle autrement démonstratives (!), ils regardent avec émerveillement l’élévation prodigieuse de Filippino soulevé par deux petits anges roses dont les corps sont tout tendus vers le bienheureux comme en signe de révérence.

[1] « Comment Saint Filippino Ciardelli fut soulevé plusieurs fois dans les airs par des anges. » Dans ce panneau destiné à être vénéré par la population de Montalcino, dont il était originaire, à l’intérieur de l’une des deux grandes églises locales, le « Bienheureux Filippino » devient le « Saint Filippino. »