Pietro Lorenzetti, « Papa Giovanni XXII aprova la Regola carmelitana »

Pietro Lorenzetti (connu à Sienne de 1305 à 1345)

Le pape Jean XXII approuve la Règle de l’Ordre du Carmel

Prédelle de la Pala del Carmine. Madonna in trono col Bambino fra quattro Angeli, San Nicola e il profeta Elia1329 (datée et signée).

Tempéra sur panneau, transposé sur toile en 1883, 37 x 41 cm.

Provenance : Oratorio della Compagnia di Sant’Ansano, Dòfana, près Sienne. A l’origine, église du Carmine, Sienne.

Sienne, Pinacoteca Nazionale.

Le souverain pontife, entouré des cardinaux de la Curie, approuve du haut de son trône la Règle de l’Ordre rénovée, en remettant entre les mains de deux moines carmélites portant l’ancien habit rayé (dėtail qui peut sembler une anomalie par rapport à la scène précédente) le texte portant acceptation. La scène est quasiment contemporaine de Pietro Lorenzetti puisque l’approbation de la Règle eut lieu en 1326 et que l’oeuvre fut réalisée en 1329. L’acceptation par Jean XXII est rendue, si cela est possible, plus valide encore par la présence, entourés d’une nuée de chérubins, de trois papes, prédécesseurs de l’actuel (visible dans l’image), qui, en déroulant des bandes de parchemin aux contenus identiques, et en répétant le geste de Jean XXII, confirment la parfaite concordance entre la décision qui va être prise par leur successeur et leurs propres avis. En quelque sorte, ils viennent ainsi confirmer post mortem leur propre consentement à la chose.

Il est difficile de ne pas remarquer, une fois de plus, l’intelligence avec laquelle Lorenzetti, de manière empirique, parvient à simuler la profondeur de la scène au moyen du carrelage posé en oblique au sol, mais plus encore, par le biais de l’enfilade de colonnes qui s’orientent, à n’en pas douter, et contrairement aux diagonales parallèles du carrelage, vers un même point de fuite. Il n’est pas exclu que Pietro reprenne ici, en beaucoup plus petit, une composition conçue par Ambrogio (Professione pubblica di Ludovico d’Angiò) dans la salle capitulaire du couvent siennois de San Francesco.

%d blogueurs aiment cette page :