Andrea di Bartolo, « Madonna in trono col Bambino e i Santi Filippo e Jacopo »

fullsizeoutput_3d31

Andrea di Bartolo (Sienne, actif entre 1389 et 1428)

Madonna in trono col Bambino e i Santi Filippo e Jacopo (Verge à l’Enfant en majesté et les saints Philippe et Jacques), date ?

Tempéra sur panneaux, 165 x 163 cm.

Inscriptions : /

Provenance : ?

Sienne, Pinacoteca Nazionale.

La Vierge en majesté (fig. 1), c’est-à-dire assise sur un trône en tant que Reine des Cieux, porte son fils bénissant sur les genoux. En cette époque frontière entre les XIVe et XVe siècles, l’iconographie habituelle à ce type de scène est respectée, même si, à première vue, aucun signe autre que le visage de Marie ne semble confirmer l’allusion à l’événement dramatique de la Passion du Christ. A y bien regarder, pourtant, cet enfant dont l’attitude est apparemment si calme jette devant lui un regard plein d’angoisse et dissimule enserré dans sa main gauche un oiseau, le chardonneret symbole, précisément, de la Passion.

fullsizeoutput_39e9fullsizeoutput_39a5fullsizeoutput_3a0c

1                                  2                                3

A gauche, se trouve l’apôtre Philippe (fig. 1) dont aucun signe iconographique ne vient confirmer l’identité, si ce n’est sa ressemblance avec le Christ, souvent mentionnée.

A droite, pourvu de son bâton de pèlerin, Jacques le Majeur (fig. 2) est, quant à lui, parfaitement reconnaissable : bien que la coquille saint Jacques, son attribut le plus fréquent, ne soit pas représentée, Jacques porte un bâton de pèlerin, autre attribut par lequel il est régulièrement identifié.

Il s’agit d’une œuvre de jeunesse du fils de Bartolo di Fredi Cini dont il tire son nom (Andrea di Bartolo, qui signifie Andrea fils de Bartolo). Plus particulièrement en raison des deux figures d’apôtres aux regards vides et au chromatisme peu recherché de leurs vêtements, elle a été affublée du qualificatif de vulgaire. De fait, si le qualificatif semble excessif, l’œuvre n’est pas inoubliable.