Guidoccio Cozzarelli, “San Sebastiano”

Guidoccio Cozzarelli (Sienne, 1450 env. – 1517)

San Sebastiano (Saint Sébastien), 1495 (datée).

Tempéra et or sur panneaux, 120 x 48,5 cm.

Inscriptions (sur le bandeau aux pieds du saint) : « NOBILIS VIR D[OMI]N[U]S BALDASAR DE MONICH[A]USEN A LEGUM DOCTOR HOC OPUS FECIT CUJUS INSIGNA A.D. MCCCCLXXXXV »

Provenance : ?

Sienne, Pinacoteca Nazionale.

Peinte l’année même de la mort de Matteo di Giovanni, maître de Guidoccio Cozzarelli dont ce dernier suit strictement les principes appris de lui, la figure du saint est, avec celle du Christ du Baptême de Sinalunga, l’une des plus nobles qu’ait exécutées Guidoccio. Sébastien, représenté sous l’apparence d’un homme d’âge mûr, ce qui peut paraître inhabituel [1], porte la couronne du martyre que lui a remise un ange lors du supplice des flèches qui lui a été infligé. Le paysage situé à l’arrière plan, dont la ligne d’horizon est placée très bas dans le tableau, magnifie la silhouette de Sébastien et lui donne une allure monumentale.

Comme l’induit le texte figurant sur un cartel, aux pieds du saint, nous sommes face à une œuvre de dévotion, réservée à un usage privé, peinte pour le juriste Balthazar de Münchhausen [1], lequel, selon toutes vraisemblances, fréquenta l’Université de Sienne, à l’instar de nombreux étudiants et docteurs européens de son époque.

[1] Note sur l’iconographie de Sébastien et son évolution.

[2] Balthazar de Münchausen (Arsberg, vers 1465 – 1537). À notre grand regret, ce Münchausen là n’est pas le baron Karl Friedrich Hieronymus (Bodenwerder, 1720 – 1797) dont les exploits romancés ont fait l’un des héros les plus populaires de la littérature allemande.