‘Maestro dell’Osservanza’, « San Michele Arcangelo combatte contro il drago »

7

Maestro dell’Osservanza’ (peintre ou groupe de peintres actif durant le second quart du XVe siècle, auquel est attribué un corpus d’œuvres réunies en 1942 par Alberto Graziani [1]Alberto Graziani, « Il Maestro dell’Osservanza (1942) », dans Propozioni, II, 1948, pp. 75-87 (réédité dans Proporzioni. Scritti e Lettere di Alberto Graziani, a cura di T. Graziani Longhi, 2 vol. Bologne, 1993 à partir de caractéristiques stylistiques communes ou approchantes)

San Michele Arcangelo combatte contro il drago (Saint Michel Archange combat contre le dragon)

Office de la Gabella, 1444, juillet-décembre, 42,1 x 28 cm.

Archivio di Stato di Siena, n° 27

Inscriptions :

« QUESTA E’ L’ENTRATA E L’USCITA DELLA GENERALE GHABELLA DEL COMUNE DI SIENA AL TENPO DE’ SAVI HUOMINI LORENÇO DI BARTALEMEIO DI MIGLIORE CHAMARLINGHO, BARTALOMEIO DI MISSER PIETRO DE’ PECCI, ANTONIO DI GHORO DI FRANCESCHO, AGNOLO DI DOMENICHO DEL VECHIO, PETRO DI BARTOLOMEIO PICH(O]GLIUOMINI A(S]SEGUITORI E PIETRO DI VIVA ORAFO SCRIP(T]ORE, SER STEFANO D’ANTONIO DI STEFANO LORO (a] NOTAIO PER SEI MESI CHOMINC(I]ATI A Dĺ PRIMO DI LUGLIO 1444 E FINITI A Dĺ ULTIMO DI DICIENBRE 1444 » ((« celle-ci est l’entrée et la sortie de la gabelle général de la commune de sienne autant des hommes sages que furent Lorenzo di Bartolomeo di Migliore, Camerlingue, Antonio Diego Rudy Francesco, Angelo Di Domenico del vecchio, Pietro di Bartolomeo Piccolomini, esecutori,

Provenance : famille Piccolomini.

Sienne, Palazzo Piccolomini, Archivio di Stato, Museo delle Biccherne.

Œuvre du ’Maître de l’Observance’, cette tablette évoque immanquablement le triptyque de San Michele arcangelo che sconfigge il drago, San Bartolomeo, San Benedetto, Madonna col Bambino, San Giovanni Evangelista, San Ludovico di Tolosa d’Ambrogio Lorenzetti (Asciano, Museo Corboli) dont le volet central est également occupé par la figure de l’archange Michel en train de combattre le dragon dans une attitude très proche. La position dans laquelle saint est représenté ici a fait l’objet de critiques en raison de son caractère peu naturel, ce qui, en soi, est étrange si l’on considère que la scène elle-même est, précisément, surnaturelle. Au contraire, l’élégance de son attitude, son caractère spiralé, qui fait symétriquement écho à celui du dragon dont l’aspect très vilain est celui d’un gros serpent à huit têtes, est particulièrement adapté à la représentation d’un sujet dans lequel la dimension féerique est loin d’être absente.

Les blasons appartiennent aux familles : Migliori, Pecci, Gori, De Vecchi, Piccolomini, à Pietro di Viva et, en bas, à Stefano di Antonio.

Notes

Notes
1 Alberto Graziani, « Il Maestro dell’Osservanza (1942) », dans Propozioni, II, 1948, pp. 75-87 (réédité dans Proporzioni. Scritti e Lettere di Alberto Graziani, a cura di T. Graziani Longhi, 2 vol. Bologne, 1993
%d blogueurs aiment cette page :