Duccio di Buoninsegna, « Le Christ devant Pilate » et « Le Christ accusé par les Pharisiens »

471e16b3-be55-458c-b59f-c4f16757f29e

Panneau 7 : Duccio di Buoninsegna, Le Christ devant Pilate et Le Christ accusé par les Pharisiens

fullsizeoutput_25ab

Duccio di Buoninsegna (Sienne, vers 1260 – vers 1318/19)

Cristo davanti a Pilato (Le Christ devant Pilate)

Tempera sur panneaux, 49 x 57 cm.

Sienne, Museo dell’Opera del Duomo.

Toujours ligoté depuis son arrestation, Jésus est maintenant conduit devant Pilate, le représentant du pouvoir romain en Palestine. La scène se passe donc dans le prétoire du palais de ce dernier et nous retrouverons à six reprises par la suite ce même décor aisément identifiable avec ses colonnettes torses et son mur du fond d’une merveilleuse et irréelle couleur orangée. La foule des prêtres se tient à l’extérieur tandis que Pilate interroge Jésus. C’est au même moment que se situe un épisode, que nous ne verrons pas, celui du remord tardif de Judas, lequel, selon les textes, finit par mettre fin à ses jours après avoir remboursé la somme perçue en récompense de son forfait.

C’est aussi la première fois que nous constatons un phénomène curieux, qui se répétera de la même manière dans les six scènes du prétoire : la seconde colonne en partant de la gauche occupe une position ambigüe dans l’espace représenté : si on l’observe dans sa partie supérieure, on constate, comme il se doit, que la poutre horizontale qui porte la toiture de la pièce repose, selon la norme, sur le chapiteau de cette dernière, c’est à dire au premier plan de la scène. Regardons maintenant à la base de cette colonne : elle est tout simplement invisible, les pieds du Christ occupant l’espace sur lequel la base du fût de pierre devrait reposer. Ainsi, le Christ se trouve représenté devant la colonne en question, mais celle-ci est elle-même placée au premier plan. Il s’agit-là, pour le moins, d’une anomalie spatiale.