Les deux larrons

Les quatre Évangiles affirment que Jésus fut crucifié entre deux autres condamnés que Matthieu (Mt 27, 38) et Marc (Mc 15, 27-30) qualifient de « bandits » et Luc (Lc 23, 32-33 et 23, 39-43) de « malfaiteurs ». Jean (Jn 19, 18) se montre plus évasif et parle de « deux autres » hommes, sans donner davantage de détails sur ces derniers.

Un texte apocryphe, l’Évangile de Nicodème, rarement avare de précisions, donne les noms des deux larrons : celui des deux qui est le bon larron s’appelle Dysmas, l’autre, Gestas.

I. Sources écrites

Voir lien ci-dessus.

II. Iconographie

L’iconographie différencie assez nettement l’attitude des deux larrons lorsqu’ils apparaissent crucifiés à droite et à gauche de Jésus.

Lorsqu’ils sont représentés, chacun des deux hommes est le plus souvent attaché à l’aide de cordes sur une croix en forme de T (crux commissa). Parfois leurs bras sont passés derrière la barre transversale, ou patibulum, peut-être pour mieux les distinguer du Christ. L’emplacement de la croix du bon larron à droite de celle du Christ, c’est-à-dire à la place d’honneur, vise à souligner l’importance primordiale de celui à qui le Christ vient de faire la promesse qu’aujourd’hui « [il] sera avec [lui] dans le Paradis » (Lc 23, 43).

D’autres détails attachés à la physionomie et à l’attitude respective des deux larrons visent à accentuer autant que possible les différences entre eux : Dysmas, le bon, est représenté jeune et imberbe, regardant le Christ, Gestas, le mauvais, plutôt laid, barbu, se détournant du Christ.