Créneaux guelfes / créneaux gibelins

A la forme des créneaux d’une demeure patricienne, on pouvait désigner le parti auquel appartenait la famille propriétaire du bâtiment. 

Les créneaux rectangulaires et pleins étaient, guelfes ; en revanche, les créneaux gibelins étaient taillés en queue d’aronde (en forme de queue d’hirondelle), évidés par le milieu.

Lorsqu’un décret des podestats força les habitants à décapiter les hautes tours de leurs demeures et que ces signes distinctifs disparurent peu à peu des bâtiments, les guelfes et les gibelins rivalisèrent d’imagination pour continuer à se distinguer entre eux, par exemple à leur façon de se saluer, de se vêtir …