Duccio di Buoninsegna, « Montée au calvaire »

128df650-f9e2-47f1-ab1e-4a415f6b677b

Panneau 10 : Duccio di Buoninsegna (Sienne, vers 1260 – vers 1318/19), Pilate se lave les mains et Montée au Calvaire

fullsizeoutput_25a8

Duccio di Buoninsegna (Sienne, vers 1260 – vers 1318/19)

Andata al Calvario (Montée au Calvaire)

Tempera et or sur panneaux, 51 x 53, 5 cm.

Sienne, Museo dell’Opera del Duomo.

Jésus, les poignets liés par une ficelle, vêtu de la robe de pourpre dont il a été affublé lors de la Dérision [1] qui vient d’avoir lieu, se rend sur le lieu de la Crucifixion accompagné de plusieurs femmes parmi lesquelles se détache la figure de Marie, seule à porter l’auréole. Il vient de s’arrêter pour les consoler (« Il se retourna et leur dit : « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants ! » [2]). Conformément aux Textes, l’un des bourreaux l’entraîne par l’épaule, comme pour accélérer la marche et, toujours conformément aux Textes, Simon de Cyrène, qui a été réquisitionné à cet effet, porte la croix.

En dépit du caractère dramatique de la scène, on ne peut qu’être saisi par la beauté et le raffinement de la gamme chromatique qui a fait dire à certain critique que la Passion selon Duccio se déroulait dans un jardin de fleurs.

[1] A moins qu’il ne s’agisse de son propre vêtement comme le précisent les Évangiles (?).

[2] Rapporté par l’Évangéliste Luc (Lc 23, 28) qui donne de la scène la description la plus développée.