Giovanni Duprè, « Non la destate »

Giovanni Duprè (1817-1882)

Non la destate. Ritratto di Luisa Mussini, XIXe s.

Marbre

Inscriptions :

  • (sur le socle de marbre feint) : « NON LA DESTATE » [1]

Provenance : ?

Sienne, Palazzo Pubblico, Sala del Risorgimento.

Le thème de l’enfant endormi n’est pas rare dans la sculpture « puriste » de la Toscane en ce dernier quart du XIXe s. et les exemples dans l’œuvre de Lorenzo Bartolini, Giovanni Duprè et son élève Tito Sarrocchi ne manquent pas. Le présent exemple nous montre une fillette qui est à la fois, la fille de Luigi Mussini et la future épouse de Tito Sarrocchi.

Le chercheur Ettore Spalletti [1] écrit, à propos d’une autre œuvre célèbre de Giovanni Duprè, le Songe de l’Innocence, [2] : « tandis que les petits nus de Bartolini obéissent à un solide contrôle stylistique des formes, celui de Duprè apparaît abandonné à une douce description, d’un modelé très tendre qui s’attarde dans des détails d’un grand naturel. » La remarque vaut aussi pour cette autre figure surprise dans un profond sommeil, décrite avec un réalisme mêlé de délicatesse et non exempte de détails relevant d’une observation plus qu’attentive et traduits dans le marbre avec virtuosité.

[1] « Non la destate sennò col fischio che si riaddormenta! », « Ne la réveillez pas sinon elle va se rendormir ! » Dicton toscan (?).

[2] Dopo Canova. Percorsi della scultura a Firenze e Roma : capolavori dall’Ermitage e da collezioni italiane (a cura di Sergej Androsov, Massimo Bertozzi, Ettore Spalletti, catalogo della mostra. Carrara, Palazzo Cucchiari, dall’8 luglio al 22 ottobre 2017). Carrara, Fondazione Giorgio Conti, 2017.

[3] Giovanni Dupré, Sonno dell’innocenza, 1846. Marbre, 60 x 110 cm. Sienne, Museo dell’Opera Metropolitana.