Simone Martini, « Polittico di San Domenico »

Simone Martini (Sienne, 1284 – Avignon, 1344)

Polyptyque de San Domenico, v. 1320-1322.

Tempera et or sur panneau, 113 x 63 cm. (panneau central) ; 94 x 48,5 cm. (panneaux latéraux).

Inscriptions :

  • (dans l’auréole de la Vierge) : « AVÉ GRATIA PLENA DOMINVS TECVM BENEDICTA TV IN MV[IERIBVS » [1]
  • (dans l’auréole du Christ) : « AVE IH[ES]V CRISTE VER[VM DEI] »
  • (sur le phylactère du Christ) : « EGO SVM LUX MV[NDI] » [2]
  • (le long du panneau central, en bas) : « [SY]MON DE SENIS ME PINXIT AN[NO] D[OMINI] MCCCXX…] » [3]

Provenance : Église de San Domenico, Orvieto.

Orvieto, Museo dell’Opera del Duomo.

Du polyptyque démembré, il ne demeure à Orvieto que cinq panneaux provenant du registre principal, représentant, au centre :

  • La Vierge à l’Enfant

et, de gauche à droite, les saints :

  • Marie Madeleine, portant un vase d’onguent (agenouillé devant elle, de profile, le regard pointé en direction du panneau central : Trasmondo Monaldeschi, évêque de Sovana, commanditaire de l’œuvre)
  • Dominique, une fleur de lys à la main, symbole de chasteté, et un livre
  • Pierre, arme des deux clés d’or et d’argent
  • Paul, brandissant l’épée et l’épître (lettre) aux Corinthiens
Reconstitution du retable
Reconstitution d’après Andrew Martindale [4]

Le couronnement

En proposant pour cuspide centrale du polyptyque le Rédempteur bénissant des Musei Vaticani, Andrew Martindale [4] précise que ce panneau pourrait convenir aussi bien au polyptyque de San Domenico d’Orvieto qu’à celui auquel appartenait une splendide Vierge à l’Enfant aujourd’hui visible à la Pinacothèque de Sienne.

Le registre principal

Outre le fait qu’il subsiste souvent des doutes sur la nature des panneaux constituant un polyptyque démembré, on constate, avec la proposition ci-dessous, que leur emplacement dans l’œuvre ne va pas nécessairement de soi (la reconstitution du Musée d’Orvieto place les trois saints de gauche différemment de celle proposée par Andrew Martindale).

La prédelle

Les deux compartiments de la prédelle actuellement identifiés sont les suivants :

Si l’hypothèse de reconstitution du polyptyque due à Martindale est acceptée, et compte tenu du nombre d’emplacements prévus dans la largeur de la prédelle (douze au total), il est envisageable de déduire que les portraits de la prédelle étaient ceux des douze apôtres.

[1] « [L’ange entra chez elle et dit :] ‘Je te salue, comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi’ ». Évangile de Luc (Lc 1, 28).

[2] « [De nouveau, Jésus leur parla :] ‘Moi, je suis la lumière du monde. [Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie’] ». Évangile de Jean ( Jn 8, 12).

[3] Date et signature : «  Simon de Sienne m’a peinte l’année du Seigneur 132… ».

[4] MARTINDALE 1988, p. 30.