Giovanni di Paolo, “Lapidazione di Stefano”

Giovanni di Paolo (Sienne, actif de 1417 à 1482)

Lapidations di Stefano (Lapidation d’Etienne), 1450.

Compartiment de prédelle du Polyptyque de Santo Stefano alla Lizza, tempera et or sur panneaux.

Provenance : Église de Santo Stefano alla Lizza. 

Sienne, Baptistère de San Giovanni. 

Tout est dit : sur le pas de la porte d’une ville, le donneur d’ordre vient d’inciter les bourreaux à effectuer leur triste besogne. Etienne, agenouillé en prière, reçoit le réconfort du Christ apparu dans une mandorle. Les plaies causée par les pierres qui l’ont frappé saignent sur le crâne du saint. L’intensité du geste du représentant de l’autorité, et l’agitation des bourreaux dans leur violence aveugle contrastent singulièrement avec le calme apparent du saint dont la légende dit qu’il n’éprouve cependant aucune douleur.

Le soin extrême apporté au traitement des détails, le fini poussé au plus haut point, l’aspect glacé de la surface peinte évoquant l’émail, tous ces éléments donnent au panneau une préciosité qui renforce, par contraste, l’horreur de la scène représentée.

Bernardo Daddi, « Lapidazione di Santo Stefano ». Roma, Città del Vaticano, Musei Vaticani, Pinacoteca Vaticana.

Pour faire écho à l’œuvre de Giovanni di Paolo, on pourra la mettre en parallèle avec la même scène représentée un siècle plus tôt, dans le contexte équivalent d’une prédelle, par le florentin Bernardo Daddi, dont le sens de la narration et la précision du détail ne sont pas étrangers à l’art de Sienne …

%d blogueurs aiment cette page :