Pastorino Pastorini

Pastorino Pastorini ou Pastorino Pastorini da Siena (Castelnuovo Berardenga, v. 1508 – Florence, 1592) : peintre et maître verrier formé à Arezzo avec Guillaume de Marcillat [1]Guillaume de Marcillat, appelé Guglielmo di Pietro de Marcillat ou Guglielmo da Marsiglia en Italie (La Châtre [Indre], v. 1470 – Arezzo, 1529) : peintre célèbre pour ses vitraux historiés. Il a réalisé des vitraux pour de nombreux lieux dans le nord et centre de l’Italie. Vasari, dont la première formation a eu lieu à son contact, en fait le portrait dans les Vite. dont il est identifié comme étant l’un des « garzoni [2]Dans l’atelier des artistes, on appelait « garzone » un tout jeune apprenti à qui étaient confiées des activités subalternes telles que la préparation des couleurs. Notons que cette activité, qui consistait à mélanger le pigment coloré avec un liant pour en faire une matière possible à travailler, constituait également la base de sa formation pratique. » en 1528 [3]G. Mancini, Guglielmo de Marcillat, Firenze 1909, pp. 71, 91-93, cité par Gabriele Fattorini, « Pastorino Pastorino », dans Dizionario Biografico degli Italiani, Vol. 81, 2014). . Il est notamment l’auteur de cartons pour les vitraux de la Basilique de Saint-François, à Assise (1529), pour la cathédrale de Sienne (1531-1537) et pour la Sala Regia au Vatican (1541-1548).

Pastorino Pastorini était également sculpteur et médailliste.

œuvres visibles à sienne et dans le pays siennois
  • Ultima Cena. Sienne, Cathédrale de Santa Maria Assunta, vitrail de l’oculus de la façade.

Notes

Notes
1 Guillaume de Marcillat, appelé Guglielmo di Pietro de Marcillat ou Guglielmo da Marsiglia en Italie (La Châtre [Indre], v. 1470 – Arezzo, 1529) : peintre célèbre pour ses vitraux historiés. Il a réalisé des vitraux pour de nombreux lieux dans le nord et centre de l’Italie. Vasari, dont la première formation a eu lieu à son contact, en fait le portrait dans les Vite.
2 Dans l’atelier des artistes, on appelait « garzone » un tout jeune apprenti à qui étaient confiées des activités subalternes telles que la préparation des couleurs. Notons que cette activité, qui consistait à mélanger le pigment coloré avec un liant pour en faire une matière possible à travailler, constituait également la base de sa formation pratique.
3 G. Mancini, Guglielmo de Marcillat, Firenze 1909, pp. 71, 91-93, cité par Gabriele Fattorini, « Pastorino Pastorino », dans Dizionario Biografico degli Italiani, Vol. 81, 2014).
%d blogueurs aiment cette page :