Cosimo de’ Medici

Côme de Médicis ou Côme l’Ancien (Florence, 1389 – 1464) : richissime héritier de la banque familiale, il devînt, en 1434, le premier dignitaire de la ville, position qui fut ensuite confirmée par son fils Pierre et son petit-fils Laurent.

Il nourrissait des ambitions dynastiques et usa du mécénat comme de l’un des meilleurs moyens pour parvenir à ses fins. Ne manquant pas du sens de la valeur intellectuelle, il acquit de nombreux manuscrits, fonda des bibliothèques (San Marco, la Badia de Fiesole et la Laurentienne, ainsi nommé à cause de l’Église San Lorenzo toute proche), patronna des hommes de l’envergure de Marsile Ficin, créant le cercle des débats qui aboutira à l’Académie platonicienne, des peintres comme Fra Angelico auquel il commissionna le retable du maître-autel de San Marco, et Paolo Uccello qui peignit pour lui, en trois épisodes, la Bataille de San Romano. Son sculpteur préféré était Donatello. C’est à lui qu’il confia l’exécution des décorations en stuc et la réalisation des portes en bronze de la Vieille Sacristie de San Lorenzo. Il lui fit également exécuter la statue de David et le groupe de Judith et Holopherne.

Sa passion pour l’architecture fut encore plus nette. Bien qu’admirant Brunelleschi qui, en 1436, termina la coupole du Dôme, il s’adressa, pour construire les villas de Careggi et de Cafaggiolo, à Michelozzo auquel il confiera aussi l’édification du palais de famille de la via Larga, à Florence. Côme, selon ce que rapporte Vasari, défendait avec esprit le non-conformisme et même les extravagances de Filippo Lippi. Fra Angelico, Benozzo Gozzoli, Ghirlandaio peignirent les personnalités les plus en vue. Ils immortalisèrent les somptueuses chorégraphies des événements publics destinés à exalter la puissance de la famille dominante.

Il mourut à Careggi en ayant hérité le qualificatif de Pater Patriae.

%d blogueurs aiment cette page :