‘Maestro degli Albertini’

‘Maestro degli Albertini’ ou Maître des Albertini (actif à Sienne entre 1290 et 1320 environ) : peintre jusqu’à présent demeuré anonyme, il est considéré comme l’un des premiers émules de Duccio aux côtés, notamment, du ‘Maître de Badia a Isola’ et du ‘Maître de Città di Castello’. Il prend son pseudonyme actuel du nom des frères Albertini, commanditaires d’un ensemble de fresques ornant la chapelle funéraire éponyme de la Collégiale de Casole d’Elsa. Il a cependant connu d’autres dénominations :

  • ’Pseudo-Gilio di Pietro’ (ou  ‘Pseudo Maestro Gilio’) : la Vierge à l’Enfant ci-dessus (Sienne, Pinacoteca Nazionale. n° 18) était à l’époque (1924) attribuée à Gilio di Pietro, peintre siennois du milieu du XIIIe siècle. Au vu de l’influence  manifeste de Duccio, Van Marle ne pouvait que réfuter cette attribution, si bien qu’il nomma le peintre ‘Pseudo-Gilio di Pietro’.
  • ‘Maestro della Maestà di Londra’ : l’appellation est due à Cesare Brandi qui voyait dans la Maestà de Londres son œuvre la plus significative.
  • ‘Casole Fresco Master’ (‘Master of Casole Fresco’, ’Maestro delle Maestà di Casole’, ’Maître de (la Fresque de) Casole’) : dénomination que l’on doit à Stubblebine dans son importante monographie sur Duccio (1977), qui demeure une référence, en particulier dans les pays anglo-saxons.
  • ‘Maestro degli Aringhieri’ : avant la découverte de documents en 2010, on pensait que le patronyme des commanditaires était Aringhieri.

De l’étude du corpus d’œuvres qui lui sont attribuées [1]Le corpus de l’œuvre de cet artiste est actuellement composé de la Madonna in maestà tra angeli, fresque de la chapelle Albertini (Collégiale de Casole d’Elsa) ; Vierge en Majesté, Londres, National Gallery ; de la Madonna col Bambino in trono et de la Madonna col Bambino, Sienne, Pinacoteca Nazionale. a émergé la figure d’un artiste avec une ‘une sensibilité plus tragique, moins tournée vers la tendresse […] et plus forte dans le rendu des effets plastiques de Duccio lui-même’, un peintre qui – […] selon Van Marle – aurait constitué un lien direct entre la peinture de Duccio di Buoninsegna et l’art de Pietro Lorenzetti. Les affinités avec la manière de Pietro Lorenzetti ont également été soulignées par des études ultérieures, dans lesquelles l’accent a été mis à plusieurs reprises sur la culture composite qui informe le langage de l’œuvre [2]Cesare Brandi, La Regia Pinacoteca di Siena, Rome, 1933 ; Cesare Brandi, Duccio, Florence, 1951 ; Enzo Carli, “Ricuperi e restauri senesi. I. Nella cerchia di Duccio”, dans Bolletino d’arte, L, 1965 ; Pietro Torriti, La Pinacoteca Nazionale di Siena dal XII al XV secolo, Gênes, 1977 ; Pietro Torriti, La Pinacoteca Nazionale di Siena, I. Dipinti, Gênes, 1990.. « La dépendance indéniable au style de Duccio, les accents expressifs et une utilisation particulière du clair-obscur font de cette œuvre un produit similaire aux peintures du pseudo ‘Maestro di Città di Castello’ [3]Vittorio Lusini, “Catalogo dei dipinti”, dans Rassegna d’arte, VIII, 1912, pp. 105-154 ; Brandi, Duccio, op. cit., 1951 ; Elisabeth Sandberg Vavalà, Sienese Studies. The Development of the School of Painting of Siena, Florence, 1953 ; Pietro Torriti, La Pinacoteca Nazionale di Siena dal XII al XV secolo, op. cit., 1977 ; Labriola, ”Gli affreschi della cappella di San Niccolò … Poursuivre : cependant, l’utilisation d’une matière picturale grasse et lustrée, encore d’ascendance du XIIIe siècle, diffère des voies de ce maître, que notre peintre semble utiliser dans d’une manière nouvelle, exaltante par sa plasticité et sa puissance formelle. » [4]Maria Merlini, « Cat. 44. Madonna col Bambino », dans A. Bagnoli, R. Bartalini, L. Bellosi, M. Laclotte, Duccio, Alle origini della pittura senese, Milano, Silvana Editoriale, 2003, p. 308.

Œuvres attribuées ‘au Maître des Albertini’ visibles à Sienne et dans le pays siennois
  • Madonna in trono col Bambino, Sienne, Pinacoteca, inv. 592.
  • Madonna col Bambino, Sienne, Pinacoteca Nazionale, inv. 18.
  • Madonna col Bambino, Sienne, Museo Diocesano d’Arte Sacra.
  • Chapelle funéraire de Bernardino et Ranieri Albertini (v. 1315), décor à fresque comprenant notamment le Jugement Dernier et la Maestà entourée d’anges, de Saint Nicolas et de Saint Michel, et des défunts les frères Albertini, Casole d’Elsa, Collégiale de Santa Maria Assunta, Chapelle Albertini.
  • Vierge à l’Enfant, Tressa, Santa Maria. [5]Œuvre attribuée au Maître des Albertini par Stubblebine (J.H. Stubblebine, Duccio di Buoninsegna and his school, Princeton (N.J.), 1979, p. 268).
  • Vierge à l’Enfant, Montepulciano, Pinacoteca Crociani. [6]Œuvre attribuée au Maître des Albertini par Stubblebine (J.H. Stubblebine, Duccio di Buoninsegna and his school, op. cit., 1979, p. 269).
  • Madonna delle Due Porte, fresque sur le fronton intérieur de l’Arco delle Due Porte sur les remparts de Sienne [7]Œuvre attribuée au Maître des Albertini par Stubblebine, ibid, p. 270.
  • Les 4 anges de la Maesta de Duccio [8]Attribution au Maître des Albertini par Stubblebine, ibid, p. 274.

Notes

Notes
1 Le corpus de l’œuvre de cet artiste est actuellement composé de la Madonna in maestà tra angeli, fresque de la chapelle Albertini (Collégiale de Casole d’Elsa) ; Vierge en Majesté, Londres, National Gallery ; de la Madonna col Bambino in trono et de la Madonna col Bambino, Sienne, Pinacoteca Nazionale.
2 Cesare Brandi, La Regia Pinacoteca di Siena, Rome, 1933 ; Cesare Brandi, Duccio, Florence, 1951 ; Enzo Carli, “Ricuperi e restauri senesi. I. Nella cerchia di Duccio”, dans Bolletino d’arte, L, 1965 ; Pietro Torriti, La Pinacoteca Nazionale di Siena dal XII al XV secolo, Gênes, 1977 ; Pietro Torriti, La Pinacoteca Nazionale di Siena, I. Dipinti, Gênes, 1990.
3 Vittorio Lusini, “Catalogo dei dipinti”, dans Rassegna d’arte, VIII, 1912, pp. 105-154 ; Brandi, Duccio, op. cit., 1951 ; Elisabeth Sandberg Vavalà, Sienese Studies. The Development of the School of Painting of Siena, Florence, 1953 ; Pietro Torriti, La Pinacoteca Nazionale di Siena dal XII al XV secolo, op. cit., 1977 ; Labriola, ”Gli affreschi della cappella di San Niccolò nell’antico Palazzo dei Vescovi a Pistoia”, dans Arte cristiana, LXXVI, 1988, pp. 247-266 ; Pietro Torriti, La Pinacoteca Nazionale di Siena, I. Dipinti, op. cit., 1990.
4 Maria Merlini, « Cat. 44. Madonna col Bambino », dans A. Bagnoli, R. Bartalini, L. Bellosi, M. Laclotte, Duccio, Alle origini della pittura senese, Milano, Silvana Editoriale, 2003, p. 308.
5 Œuvre attribuée au Maître des Albertini par Stubblebine (J.H. Stubblebine, Duccio di Buoninsegna and his school, Princeton (N.J.), 1979, p. 268).
6 Œuvre attribuée au Maître des Albertini par Stubblebine (J.H. Stubblebine, Duccio di Buoninsegna and his school, op. cit., 1979, p. 269).
7 Œuvre attribuée au Maître des Albertini par Stubblebine, ibid, p. 270.
8 Attribution au Maître des Albertini par Stubblebine, ibid, p. 274.
%d blogueurs aiment cette page :