Bartolo di Fredi, « Mosè sul Monte Sinai »

Bartolo di Fredi (Sienne, 1330 – 1410)

Mosè sul Monte Sinai (Moïse sur le Mont Sinaï), 1367.

Détail des Storie del Vecchio Testamento (Épisodes de l’Ancien Testament).

Fresque.

Inscriptions :

  • (en bas, dans l’encadrement de la fresque) : « COME . MOYSE . ANDÒ . SUL . SINAY . / ET . MENO . SECO . YOSUE . ET . LASSOSUO . VICARIO . ARON […] » [1]

Provenance : In situ.

San Gimignano, Collegiata.

Au fond, dans l’angle supérieur droit, Moïse, au sommet du Mont Sinaï, reçoit les commandements de Dieu. Son serviteur Josué l’a accompagné (on le voit se protéger les yeux face à l’éblouissante vision).

Avant de gravir la montagne, Moïse a confié son peuple, installé dans un campement sur les pentes de la montagne, à son frère aîné, Aaron, premier grand prêtre d’Israël, qu’il a fait le dépositaire de sa propre autorité. [3]

Répartis en deux groupes de part et d’autre du grand-prêtre, la foule regarde en direction du sommet de la montagne un spectacle dont le texte nous dit qu’elles ne peuvent pourtant pas davantage le voir [4] que Aaron et Hur qui tournent le dos à la scène. Les deux groupes diffèrent du fait de leur composition. A gauche, les hommes sont regroupés aux côtés du grand-prêtre. Le groupe de droite est composé de femmes. Deux jeunes garçons les accompagnent. L’un d’eux, la main sur l’épaule de son compagnon, lui indique la scène qui a lieu au sommet du mont. Dans l’angle, l’événement en cours n’a pas interrompu un épisode maternel criant de vérité : une femme donne le sein à un enfant, et celui-ci, dans un effort visible, s’efforce de tourner tous son petit corps vers le spectateur pour mieux le voir. Et il le regarde. Et ce regard contribue à faire que le spectateur s’éprouve lui-même témoin de la scène.

Là-haut, près de la montagne, deux chérubins joufflus s’essoufflent dans leurs trompettes.

[1] « Comment Moïse monta sur le Sinaï, emmena avec lui Josue et laissa son vicaire Aaron ».

[2] L’épisode figure dans l’Exode : « L’Éternel dit à Moïse : ‘Monte vers moi sur la montagne, et reste là ; je te donnerai des tables de pierre, la loi et les ordonnances que j’ai écrites pour leur instruction’. Moïse se leva, avec Josué qui le servait, et monta sur la montagne de Dieu. Il dit aux anciens : Attendez-nous ici, jusqu’à ce que nous revenions auprès de vous. Voici, Aaron et Hur resteront avec vous : si quelqu’un a un différend, c’est à eux qu’il s’adressera » (Exode 24, 12-14).

[3] C’est à cette occasion que Aaron ne parviendra pas à dissuader son peuple d’adorer le veau d’or, ce qui occasionnera la colère de Moïse à son retour, une colère qui ira jusqu’à lui faire briser contre un rocher les Tables de la Loi rapportées du Sinaï.

[4] « Moïse monta sur la montagne, et la nuée couvrit la montagne, la gloire du Seigneur demeura sur la montagne du Sinaï, que la nuée recouvrit pendant six jours. Le septième jour, le Seigneur appela Moïse du milieu de la nuée. La gloire du Seigneur apparaissait aux fils d’Israël comme un feu dévorant, au sommet de la montagne » (Exode 24, 15-17).