Ambrogio Lorenzetti, « Croce dipinta »

Ambrogio Lorenzetti (Sienne, actif de 1319 à 1348)

Croce dipinta (Croix peinte), v. 1320-1325.

Tempera et or sur panneau, 220 x 164 cm.

Provenance : In situ.

Montenero d’Orcia (Castel del Piano), pieve di Santa Lucia.

Une comparaison avec le Crucifix de la Pinacothèque siennoise montre l’étroite parenté des deux œuvres et leur appartenance au même auteur. Celui-ci ne peut être autre qu’Ambrogio Lorenzetti du fait même de leur qualité extrêmement élevée. Des analogies évidentes se retrouvent, en particulier, dans le traitement du visage aux yeux mi-clos et aux lèvres livides et délimitées par une barbe à l’aspect fluide, dans le profil nettement marqué du nez parfaitement droit.

« Dans la manière de rendre le sens de la pesanteur du corps mort du Christ, le maître se détache ouvertement des exemples de la tradition issue de Duccio (du ‘Maître de Citta di Castello’ et de Segna di Buonaventura), cédant à la fascination naturaliste moderne de la peinture nouvelle initiée par Simone Martini […]. Les signes de ce rapport renouvelé au réel se manifestent à travers la minutieuse enquête portant sur l’anatomie du Christ qui parvient à un stade de réalisme tridimensionnel crédible grâce à la fusion des accords chromatiques, la délicatesse des passages du clair à l’obscur, la position du corps dans l’axe vertical de la croix et le rendu du raccourci des mains évoquant les crucifix de Giotto [1] ».

[1] Gianluca Amato, « La croce dipinta di Montenero d’Orcia », BAGNOLI, Alessandro, BARTALINI, Roberto, SEIDEL, Max (a cura di), Ambrogio Lorenzetti. Cinisello Balsamo (Milano), Silvana Editoriale, 2017, p. 154.

%d blogueurs aiment cette page :