Gentile da Fabriano, « Adorazione dei Magi »

Gentile da Fabriano (Fabriano, v. 1370 – Rome, 1427)

Adorazione dei Magi (L’Adoration des Mages), 1423.

Tempéra et or sur bois, 301 x 283 cm.

Inscriptions :

  • (sur le cadre) : « OPVS GENTILI DE FABRIANO / MCCCCXXIII MENSIS MAII » [1]« Œuvre de Gentile da Fabriano / au mois de mai 1423. » Date et signature.
  • (sur le phylactère du prophète Ezéchiel) : « 
  • (sur le phylactère de l’archange Gabriel) : « AVE GRATIA PLENA »
  • (sur le phylactère du prophète Michée) : « ERIT […] MONS DOMVS » [2]« Erit [in novissimis diebus praeparatus] mons domus [Domini in vertice montium.] » (« Il arrivera, dans les derniers temps, que la montagne de la maison du Seigneur sera établie au sommet des montagnes.]) Isaïe 2, 2.
  • (sur le phylactère de Moïse) : « NON HA/BEBIS DE/OS ALIENOS […] NON [AD]SVM/ES NOMEN / DOMINI D[EI] » [3]« […] non habebis deos alienos [coram me non facies tibi sculptile neque omnem similitudinem quae est in caelo desuper et quae in terra deorsum nec eorum quae sunt in aquis sub terra, non adorabis ea neque coles ego sum Dominus Deus tuus fortis zelotes visitans iniquitatem patrum in filiis in tertiam et quartam generationem eorum qui oderunt me et faciens misericordiam in milia his qui … Poursuivre
  • (sur le phylactère du prophète Baruch) : « IN TERRIS VIS[US EST] » [4]« [post haec] in terris vis[us est et cum hominibus conversatus est …]. » (« Ainsi, la Sagesse est apparue sur la terre, elle a vécu parmi les hommes. ») Baruch 3, 38.
  • (sur le phylactère du prophète Isaïe) :

Provenance : Basilique de Santa Trinità, Florence. [5]La commande du retable à été passée à Gentile par le banquier Palla Strozzi pour la chapelle familiale située dans la basilique.

Florence, Galerie des Offices.

Telle qu’elle est présentée au musée des Offices, avec son encadrement doré et sa prédelle d’origine, l’œuvre est conservée dans toute son intégrité, excepté pour la copie de la Présentation au temple, à droite de la prédelle, qui remplace l’original conservé au musée du Louvre, à Paris. Sa célébrité est telle qu’il suffira ici de rappeler, outre l’extraordinaire richesse des matériaux utilisés et la préciosité extrême de son style, qui en font l’un des points culminants d’un style d’art connue sous le noms de Gothique international, les éléments d’une composition appelée à susciter l’inspiration de nombreux peintres siennois, parmi lesquels, en premier lieu, Stefano di Giovanni, plus connu sous le nom de Sassetta. L’histoire commence dans la lunette de gauche, dans laquelle les trois mages au sommet d’un rocher, s’apprêtent à suivre l’étoile qui doit les conduire vers le lieu de la naissance qui leur a été révélée. Elle se poursuit dans les méandres d’un cortège qui contourne les montagnes, traverse des villes et vient se finir au premier plan.

REGISTRE PRINCIPAL

COURONNEMENT

  • Première cuspide :
    • Le prophète Ezéchiel
    • L’archange Gabriel
    • Le prophète Michée
  • Seconde cuspide :
    • Moïse
    • Le Christ bénissant
    • Le roi David
  • Troisième cuspide :
    • Le prophète Baruch
    • La Vierge de l’Annonciation
    • Le prophète Isaïe

PRÉDELLE

  • Nativité et Annonce aux bergers
  • Fuite en Égypte
  • Présentation au temple [6]L’original est exposé au Louvre (Paris) ; la copie qui la remplace à Florence a été réalisée par Gaspare Diomede della Bruna en 1903.

Notes

Notes
1 « Œuvre de Gentile da Fabriano / au mois de mai 1423. » Date et signature.
2 « Erit [in novissimis diebus praeparatus] mons domus [Domini in vertice montium.] » (« Il arrivera, dans les derniers temps, que la montagne de la maison du Seigneur sera établie au sommet des montagnes.]) Isaïe 2, 2.
3 « […] non habebis deos alienos [coram me non facies tibi sculptile neque omnem similitudinem quae est in caelo desuper et quae in terra deorsum nec eorum quae sunt in aquis sub terra, non adorabis ea neque coles ego sum Dominus Deus tuus fortis zelotes visitans iniquitatem patrum in filiis in tertiam et quartam generationem eorum qui oderunt me et faciens misericordiam in milia his qui diligunt me et custodiunt praecepta mea,] non adsumes nomen Domini D[ei]. » (Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu’en mille générations à ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements. Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain ; car l’Éternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain. ») Exode 20, 3-7.
4 « [post haec] in terris vis[us est et cum hominibus conversatus est …]. » (« Ainsi, la Sagesse est apparue sur la terre, elle a vécu parmi les hommes. ») Baruch 3, 38.
5 La commande du retable à été passée à Gentile par le banquier Palla Strozzi pour la chapelle familiale située dans la basilique.
6 L’original est exposé au Louvre (Paris) ; la copie qui la remplace à Florence a été réalisée par Gaspare Diomede della Bruna en 1903.