Ambiente di Ambrogio Lorenzetti, « Madonna col Bambino in trono fra due Angeli e i Santi Caterina d’Alessandria e Giovanni Battista »

IMG_8023

Ambiente di Ambrogio Lorenzetti (Mouvance d’Ambrogio Lorenzetti)

Madonna col Bambino in trono fra due Angeli e i Santi Caterina d’Alessandria e Giovanni Battista, (Vierge à l’Enfant entre deux anges, saint Jean Baptiste et sainte Catherine d’Alexandrie, date ?

Tempéra sur panneau (partie centrale d’un petit polyptyque), 57 x 26 cm.

Inscriptions : /

Provenance : ?

Sienne, Pinacoteca Nazionale.

« La beauté inégalable de ce panneau n’est pas une raison suffisante pour l’attribuer à Ambrogio Lorenzetti : ceux qui soutiennent cette attribution ne peuvent effacer les nombreuses différences stylistiques qui subsistent entre l’auteur de ce panneau et Ambrogio. » Tel est l’avis sans appel formulé par Cesare Brandi [1] en 1933. Nous ne pourrons donc nous autoriser à contempler à travers elle une œuvre d’Ambrogio. Qu’à cela ne tienne, le jugement de Brandi a le double mérite de refuser de cautionner des attribution faites de manière insuffisamment fondées, et de situer d’emblée très haut, cependant, la beauté du panneau que nous regardons.

Il s’agit du panneau central d’un polyptyque de petit format probablement destiné à un usage privé. Dans un clignotement de lumières dû à un dense travail d’orfèvrerie effectué sur les surfaces dorée, apparaît une nouvelle fois la Vierge portant l’enfant. À droite, on reconnaît Catherine d’Alexandrie, qui semble attirer l’Enfant Jésus vers elle au risque de le faire chuter des genoux de sa Mère. Fort heureusement, celle-ci le maintient solidement, au prix d’un effort vers l’arrière qui a pour objectif, en quelque sorte, de faire contrepoids. Ce geste, bien entendu, évoque le mariage mystique [2] de Catherine avec le Christ. De l’autre côté, Jean, le Baptiste, nous montre du doigt le Messie annoncé dans l’Ancien Testament, qu’il baptisera plus tard dans les eaux du Jourdain. Deux anges pensifs assistent à la scène. Au-dessus d’eux, dans un médaillon, une figure où l’on peut voir saint Pierre (ou, peut-être, l’un des quatre autres évangélistes) penché sur son livre.

[1] BRANDI 1933. Cité dans TORRITI 1977, p. 128.

[2] Voir « Iconographie des principaux saints ».