Collection Spannocchi

Les salles de la collection Spannocchi sont fermées depuis 2010. En décembre 2018-mars 2019, une partie de la collection a été exposée à Santa Maria della Scala. Selon les informations communiquées en octobre 2018 par Madame Cristina GNONI-MAVARELLI, directrice de la Pinacothèque, que je remercie ici, la collection devrait, dans les années à venir, demeurer exposée au Musée de Santa Maria della Scala.

I. Origine de la collection

La formation de la collection Spannocchi telle que nous la connaissons aujourd’hui résulte, pour l’essentiel, de la fusion de deux collections préexistantes : celle dont Caterina Piccolomini della Modanella était l’unique héritière, et celle de Giuseppe Spannocchi qu’elle épousa en 1774. Le grand nombre de peintures qui vint grossir la collection Spannocchi conservée dans le palais familial proche de l’église de San Domenico provenait de la collection d’œuvres appartenant au duc de Mantoue [1], laquelle fut acquise, en même temps que d’autres peintures provenant de collections spoliées à cette occasion, par le général-comte Enea Silvio Piccolomini lors du sac de cette ville par les Impériaux en 1630. Il se trouve que les Gonzague s’étaient déjà séparés deux années plus tôt, en 1628, des plus belles pièces de leur collection en les vendant au roi d’Angleterre Charles 1er. Parmi elles figuraient les Triomphes de César, de Mantegna.

La collection Spannocchi demeura jusqu’en 1835 dans le palais familial de la Via della Sapienza, date à laquelle elle fut léguée à la ville de Sienne où elle augmenta substantiellement le fond de l’Istituto di Belle Arti, devenu depuis la Pinacoteca Nazionale.

[1] Comme le font apparaître les inventaires de l’époque, une autre partie du fond ainsi constitué provint de l’ensemble constitué par Liduvino Piccolomini, frère du général-comte.

II. Les œuvres constituant la collection

École italienne

Ecoles du Nord