Collection Spannocchi

Les salles de la collection Spannocchi, qui étaient situées au troisième étage de la Pinacoteca Nazionale, ont fermé en 2010. De décembre 2018 à mars 2019, une partie de la collection réunissant des peintures des écoles du Nord a été exposée au Musée de Santa Maria della Scala. Selon les informations communiquées à cette époque, il était prévu que la collection doive, dans les années à venir, demeurer exposée au Musée de Santa Maria della Scala. C’est aujourd’hui chose faite. Depuis mars 2021, la Collection Spannocchi Piccolomini est définitivement réunie à Santa Mari della Scala : cent soixante cinq œuvres, parmi lesquelles des peintures de Lorenzo Lotto, Giovan Battista Moroni, Paris Bordon, Sofonisba Anguissola, Sodoma, Albrecht Dürer et Albrecht Altdorfer sont à nouveau visibles dans le cadre splendide qui leur est réservé. Seuls les grands cartons préparatoires à la réalisation des marqueteries de pierre du pavement de la Cathédrale réalisés par Domenico Beccafumi demeureront exposés à la Pinacothèque. Ce faisant, ils constitueront une exception notable puisque le reste de la collection est dorénavant réunis, après que les œuvres été disséminées en plusieurs endroits pendant plus d’un siècle. Si la grande majorité des œuvres provient de la Pinacothèque (cent trente sept au total), viendront s’y ajouter vingt-quatre tableaux, conservés jusque-là au Museo Civico, deux autres provenant de la Province de Sienne, ainsi que deux autres de la Galerie des Offices (Florence).

I. Origine de la collection

La formation de la collection Spannocchi telle que nous la connaissons aujourd’hui résulte, pour l’essentiel, de la réunion de deux collections préexistantes : celle dont Caterina Piccolomini della Modanella était l’unique héritière, et celle de Giuseppe Spannocchi qu’elle épousa en 1774. Le grand nombre de peintures qui vint grossir la collection Spannocchi conservée dans le palais familial proche de l’église de San Domenico provenait de la collection d’œuvres appartenant au duc de Mantoue [1], laquelle fut acquise, en même temps que d’autres peintures provenant de collections spoliées à cette occasion, par le général-comte Enea Silvio Piccolomini lors du sac de cette ville par les Impériaux en 1630. Il se trouve que les Gonzague s’étaient déjà séparés deux années plus tôt, en 1628, des plus belles pièces de leur collection en les vendant au roi d’Angleterre Charles 1er. Parmi elles figuraient les Triomphes de César, de Mantegna, aujourd’hui au Palais Royal de Hampton Court, en Angleterre.

La collection Spannocchi est demeurée jusqu’en 1835 dans le palais familial de la Via della Sapienza, date à laquelle elle fut léguée à la Communauté civique de Sienne? De là, elle passa à la Galleria dell’Istituto di Belle Arti dont elle vint augmenter substantiellement le fond préexistant. En 1932, les œuvres rejoignirent la Regia Pinacoteca Nazionale nouvellement installée par Cesare Brandi dans les Palais Buonsignori et Brigidi, et devenue depuis la Pinacoteca Nazionale.

[1] Comme le font apparaître les inventaires de l’époque, une autre partie du fond ainsi constitué provint de l’ensemble constitué par Liduino Piccolomini, frère du général-comte.

II. Les œuvres constituant la collection

École italienne

Ecoles du Nord