Basilica di Santa Maria dei Servi

7870EA15-4B23-4D7F-B144-85A4C7E2576C.jpeg

Basilique de Santa Maria dei Servi

Basilica di San Clemente e dell’Immacolata Concezione della Beata Vergine Protettrice e Ausiliatrice della Città e della Repubblica di Siena.

Les Servi (Serf) de Santa Maria arrivèrent à Sienne aux environ de 1250. Après une première période de quelques années au cours de laquelle ils s’installèrent en dehors des murs de la ville, ils furent invités par la Commune à ériger leur couvent à l’intérieur de l’enceinte fortifiée, sur le Colle Montorio, aidés en cela par la donation d’un terrain de la part de la famille Tolomei et par l’offre des matériaux de construction effectuée par la Commune elle-même. En 1263, les Servi se virent confié la paroisse de San Clemente et plus tard, au XVe s., celle de San Michele Arcangelo de Castel Montorio,

L’église de San Clemente ai Servi fut élevée à l’emplacement de l’ancienne église de San Clemente alors en mauvais état de conservation. Le nouvel édifice fut ensuite agrandi et restauré à plusieurs reprises au cours des siècles.

La façade porte les traces visibles de ces différents agrandissements. Datant du XVe s., elle n’a jamais été achevée.

L’intérieur

L’intérieur harmonieux, en forme de croix latine, mêle différents styles en fonction des époques de construction : gothique dans le transept et l’abside, renaissance dans les trois nefs réalisées par Ventura Turapelli (1471-1528) sur un dessin attribué à Baldassare Peruzzi), baroque pour les autels des chpelles latérale, néo gothiue pour la décoration du transept.

L’église a été consacrée avec l’ajout du titre de Basilica di San Clemente e dell’Immacolata Concezione della Beata Vergine Protettrice e Ausiliatrice della Città e della Repubblica di Sien (Immaculée Conception de la Vierge Marie Protectrice et Auxiliatrice de la Ville et de la République de Sienne) le 18 mai 1533, puis élevée au grade de Basilique mineure le 8 août 1908 par le pape Pie X.

L’escalier qui donne accès à la Basilique date de 1750 environ.

La tour du campanile a, quant à elle, été construite au XIIIe siècle. Elle est rythmée par quatre ordres de fenêtres (mono fores puis quadri fores) au fur et à mesure de l’élévation. En 1927, les cuspides ont été surélevées et confèrent dorénavant à l’ensemble un aspect plus élancé qui n’est pas sans rappeler un peu le campanile de la cathédrale de la ville visible depuis le sommet de lecalier qui conduit au porche de l’église (beau panorama sur la ville).

Les œuvres

A l’intérieur de l’église, en circulant à partir de la droite, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, plusieurs œuvres d’intérêt inégal peuvent être observées, successivement :

  1. Bénitier (XIe s.)
  2. Auteur siennois inconnu de la seconde moitié du XIVe s. Fragment de fresque provenant de l’église primitive
  3. Coppo di Marcovaldo (1225-1280), Madonna con bambino e due angeli, 1261, tempera sur bois.. Sur les côtés, Arcangelo Saiimbeni (1530-1580), Santa Caterina et San Rocco. Huile sur bois.
  4. Rutilio Manetti (1571-1639), Natività di Maria (1625). Huile sur toile.
  5. Alessandro Franchi (1834-1914), Apparizione della Madonna ai Sette Santi Fondatori dell’Ordine deri Servi di Maria (1888). Huile sur toile.
  6. Matteo di Giovanni (1430-1495), Strage degli Innocenti et Madonna con Bambino, santi e comitenti (1491). Détrempe sur bois, ??
  7. Francesco Vanni (1563-1610), Angelo annunciante et Vergine anunziata
  8. Niccolo di Segna di Bonaventura (actif 1331-1345), Croce dipinta (Croix peinte), XIVe s.
  9. Segna di Bonaventura (actif 1295-1331), Madonna con Bambino.
  10. Première chapelle du transept droit, paroi de droite : Francesco di Segna, Nicolo di Segna et Pietro Lorenzetti (env. 1280-1348), Strage degli Innocenti . Fresque. Dans l’abside : Ecole de Pietro Lorenzetti, Santa Agnese, fresque.
  11. Première chapelle du transept droit: Alessandro Franchi (1834-1914), Immacolota Concezione fra San Michele Arcangelo San Clemente papa e martire (Immaculée Conception entre Saint Michel Archange et Saint Clément, pape et martyre).
  12. Sur l’autel du chœur : Bernardino Fungai (1460-1516), Incoronazione di Maria.
  13. Sur l’arc triomphal : Giacomo Cozarelli, Pietà. Bas relief de terre cuite.
  14. Giuseppe Posi, stalles en bois, 1702-1703. Les vitraux historiés, de la fin du XIXe . s. ont été réalisés sur des dessins de Alessandro Franchi et Giuseppe Catani
  15. Sur l’abside : Madonna Addolorata, 1836, statue réalisée en carton-pâte.
  16. Sur le pilastre séparant les deux chapelles : San Paolo, fresque du XIVe s.
  17. Dernière chapelle à droite : retable de Taddeo di Bartolo (1362-1422), Adorazione dei Pastori (1404). Détrempe sur bois. Sur la paroi de droite : Ecole de Pietro Lorenzetti, Banchetto di Erode, San Giaccomo e San Gregorio (Banquet d’Hérode, Saint Jacques et Saint Grégoire). Fresque du XIVe s.
  18. Paroi de droite : Ecole de Pietro Lorenzetti, Ascenzione de San Giovanni Evangelista, San Giuseppe e Sant’Ambrogio. Fresque du XIVe s.
  19. Giovanni di Paolo (1399-1482), Madonna del Manto (1436) Tempera sur bois.
  20. Paroi de droite : Rutillio Manetti (1571-1639), Miracolo del Cero del Beato Gioacchino (1635). Huile sur toile.
  21. Paroi de gauche : Astolfo Petrazzi (1579-1665), Siena flagellata dalla peste, huile sur toile.
  22. Montorselli (1653-1690), Adorazione dei Magi. Huile sur toile
  23. Francesco Curradi 1570-1681), Visione di San Filippo Benizi. Huile sur toile.
  24. Francesco Nasini (1657-1736), Santa Giulina e San Filippo Neri. Huile sur toile.
  25. Jacopo di Mino del Pelliciaio (1330-1410), Madonna del Belvedere (1364). Tempera sur bois. Sur les côtés, Bernardino Fungai (1460-1516), San Giuseppe et Santa Maria Maddalena
  26. Franceso Vanni (1563-1610), Annunciazione.
  27. A gauche : Auteur siennoise inconnu du XVIIe s., Maria Immacolata (1698), sculpture.