Chiesa di San Domenico (Sienne)

Église de San Domenico

Piazzale di San Domenico / via della Sapienza.

Extérieur de l’édifice

La basilique est construite sur l’une des collines qui structurent l’urbanisme de la cité. Cette hauteur est bordée de pentes abruptes que l’on ne devine pas quand on accède à l’intérieur de la ville après avoir croisé la forteresse de Santa Barbara. L’édifice imposant occupe la presque totalité de l’espace disponible à cet emplacement. C’est pour remédier au manque de place nécessaire à la création d’un parvis que le porche principal n’a pas été percé dans l’axe de la nef mais déplacé à l’extrémité de celle-ci, afin de donner sur la rue qui descend vers le centre-ville. Le parvis, quant à lui, se développe sur le flanc gauche de l’édifice. Ce n’est pas la seule surprise que réserve la basilique.

La beauté austère de l’ensemble, qu’aucune ornementation ne vient adoucir, tient essentiellement au caractère imposant et majestueux de ses hautes parois de briques et de ses puissants volumes géométriques que surplombe un campanile un peu court (conséquences d’une destruction partielle occasionnée par le tremblement de terre de 1798).

Érigé entre nel 1226 et 1265, l’édifice a été agrandi au XIVe siècle, acquérant à cette occasion les structures gothiques qu’on lui voit encore. Les remaniements successifs ont duré jusqu’au XVIe s.

Intérieur de l’édifice

On pénètre dans un immense vaisseau baigné de lumière. La structure à nef unique et le plan en forme de croix égyptienne évoquent instantanément la vocation des grandes basiliques dominicaines à accueillir les foules immenses venues entendre les prêches dont l’Ordre se faisait une spécialité.

Un beau système de poutraison apparente soutient la toiture à deux versants tout aussi caractéristique.

Les principales découvertes demeurent à effectuer en circulant parmi les œuvres d’art : par leur qualité et leur nombre, elles suffiraient à remplir un musée.

Église de San Domenico. Plan et repères

Le parcours ci-dessous s’effectue en commençant par la première œuvre placée à gauche de l’entrée et se poursuit dans le sens des aiguilles d’une montre.

Paroi gauche de la nef

Transept gauche

Abside (14)

  • Autel moderne
  • Sur l’autel :
    • Benedetto da Maiano, Ciborio (vers 1475 circa).
  • Derrière l’autel :
    • Arcangelo SalimbeniMartirio di san Pietro da Verona, 1579)
    • Autres œuvres mineures des XVIIe et XVIIIe s.
    • Au fond, par une ouverture, panorama sur la ville de Sienne.

Transept droit

  • Quatrième chapelle (13)
  • Cinquième chapelle (12)
    • Giambologna (école de), Santa Barbara e Santa Maria Maddalena, 1595 (12) ; au centre, sur l’autel baroque, un Crucifix ;
    • Sur les parois latérales
      • Série de monuments funéraires d’étudiants et d’auditeurs allemands morts entre le XVIe et le XVIIe s. et ayant fréquenté l’Université.
  • Sixième chapelle
    • Pittore sconosciuto, Madonna in trono con un committente e Due santi (début XVe s.) double fresque retrouvée dans une tombe sous le pavement.
  • Au fond du transept droit (11) :
    • Francesco Rustici, detto « il Rustichino »,  Beato Ambrogio Sansedoni, 1611-1612 (11) sur l’autel baroque
    • Scultore sconosciuto, San Tommaso d’Aquino e il Beato Jacopo da Mevania. Deux figures de marbre de part et d’autre.
  • Sacristie (10)
    • Il Sodoma’, Madonna in gloria
    • Ludovico Dondo, Moltiplicazione dei pani e dei pesci (1635), peintre mantouan

Paroi droite de la nef

Contre-façade

Crypte à trois nefs

  • Sano di Pietro, Croix peinte 
  • Ventura Salimbeni 
  • Turino di Sano