Bartolo di Fredi, « Polittico della chiesa di Sant’Agostino a San Gimignano»

Le polyptyque de l’église de Sant’Agostino peint par Bartolo di Fredi est aujourd’hui démembré. A l’origine, il venait compléter le décor d’une petite chapelle située à droite de l’abside et dédiée à San Guglielmo, ou Guglielmino (Guillaume). Placé sur l’autel de cette chapelle, il venait compléter le cycle de fresques, également peint par Bartolo et son atelier, figurant des scènes de la vie de la Vierge. Cette relation de proximité devait être produire un effet non seulement splendide mais particulièrement signifiant : consacré à l’enfance de Jésus, le retable prolongeait l’histoire de la Mère en même temps qu’il initiait celle de son Fils.

Reconstitution du polyptyque de Bartolo di Fredi pour l’église de Sant’Agostino à San Gimignano
Hypothèse de reconstitution du polyptyque de Bartolo di Fredi pour l’église de Sant’Agostino à San Gimignano. D’après Gaudenz Freuleur, « Bartolo di Fredi Cini ».

PANNEAU CENTRAL

Bartolo di Fredi (Sienne, 1353 – 1410)

Présentation de la Vierge au Temple, 1388.

Panneau central du Polyptyque de l’église de Sant’Agostino, à San Gimignano, tempéra sur panneau, 190 x 125 cm.

Inscriptions :

  • (dans le rouleau déployé par Anne la prophétesse) : « ET HAEC, IPSA HORA SUPERVENIENS, CONFITEBATUR DOMINO : ET LOQUEBATUR DE ILLO [OMNIBUS, QUI EXSPECTABANT REDEMPTIONEM ISRAËL] » [1].

Provenance : San Gimignano, Église de Sant’Agostino, puis ancienne collection Campana, Rome.

Paris, Musée du Louvre.

La Présentation au Temple du Louvre constituait le panneau central d’un polyptyque peint en 1388 par Bartolo di Fredi pour la chapelle de San Guglielmino (San Gimignano, Église de Sant’Agostino).

La composition de la scène s’inspire d’un célèbrissime exemple de la première moitié du XIVe siècle, la Présentation au Temple d’Ambrogio Lorenzetti (Florence, Galerie des Offices), daté de 1342, autrefois à la Cathédrale de Sienne.

COURONNEMENT

Le polyptyque était complété dans sa partie supérieure par un Massacre des innocents :

Bartolo di Fredi, « Massacre of The Innocents ». Baltimore, Walters Art Gallery.

Bartolo di Fredi (Sienne, 1353 – 1410) et Andrea di Bartolo (actif entre 1389 et 1428)

Massacre of The Innocents (Massacre des Innocents), v. 1388.

Tempéra et or sur panneau, 89.2 x 129.8 x 3.5 cm.

Provenance : San Gimignano, Église de Sant’Agostino.

Baltimore, Walters Art Gallery.

Le Massacre des Innocents a pu être exécuté à la fois par Bartolo et Andrea, le père et le fils collaborant tous les deux au sein d’une même équipe.

PRÉDELLE

S’agissant de la prédelle, seul le compartiment central est aujourd’hui identifié :

Bartolo di Fredi (Sienne, 1353 – 1410) et Andrea di Bartolo (actif entre 1389 et 1428)

Adorazione dei pastori (Adoration des mages), v. 1388.

Tempera et or sur panneau,

Provenance : Église de Sant’Agostino, San Gimignano.

Castello di Gallico, Collection Salini.

PILASTRES

Les six petites figures de Saints des pilastres sont aujourd’hui dans la collection Salini (Castello di Gallico).

[1] « [Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière.] Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant [à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem] » Évangile de Luc (Lc 2, 36-38).