Le Paradis terrestre

Dans le Paradis terrestre, seuls séjournent encore Hénoch [1]Hénoch, père de Mathusalem, mourut à 365 ans, plut à Dieu, « puis disparu car Dieu l’avait enlevé », comme on peut le lire dans la Genèse (« Hénoch vécut en tout trois cent soixante-cinq ans. Il avait marché avec Dieu, puis il disparut car Dieu l’avait enlevé. » Gn 5, 23-24).) et Élie [2]Élie est « enlevé » par Dieu qui le fait « monter au ciel dans un ouragan », selon le Deuxième livre des Rois : « Cinquante frères-prophètes, qui les avaient suivis, s’arrêtèrent à distance, pendant que tous deux se tenaient au bord du Jourdain. Élie prit son manteau, le roula et en frappa les eaux, qui s’écartèrent de part et d’autre. Ils traversèrent tous deux à … Poursuivre, jusqu’au moment où, après la lutte avec l’Antéchrist, ils doivent rejoindre le Paradis céleste.

Notes

Notes
1 Hénoch, père de Mathusalem, mourut à 365 ans, plut à Dieu, « puis disparu car Dieu l’avait enlevé », comme on peut le lire dans la Genèse (« Hénoch vécut en tout trois cent soixante-cinq ans. Il avait marché avec Dieu, puis il disparut car Dieu l’avait enlevé. » Gn 5, 23-24).
2 Élie est « enlevé » par Dieu qui le fait « monter au ciel dans un ouragan », selon le Deuxième livre des Rois : « Cinquante frères-prophètes, qui les avaient suivis, s’arrêtèrent à distance, pendant que tous deux se tenaient au bord du Jourdain. Élie prit son manteau, le roula et en frappa les eaux, qui s’écartèrent de part et d’autre. Ils traversèrent tous deux à pied sec. Pendant qu’ils passaient, Élie dit à Élisée : ‘Dis-moi ce que tu veux que je fasse pour toi avant d’être enlevé loin de toi.’ Élisée répondit : ‘Que je reçoive une double part de l’esprit que tu as reçu !’ Élie reprit : ‘Tu demandes quelque chose de difficile : tu l’obtiendras si tu me vois lorsque je serai enlevé loin de toi. Sinon, tu ne l’obtiendras pas.’ Ils étaient en train de marcher tout en parlant lorsqu’un char de feu, avec des chevaux de feu, les sépara. Alors, Élie monta au ciel dans un ouragan. Élisée le vit et se mit à crier : ‘Mon père !… Mon père !… Char d’Israël et ses cavaliers !’ Puis il cessa de le voir. Il saisit ses vêtements et les déchira en deux. Il ramassa le manteau qu’Élie avait laissé tomber, il revint et s’arrêta sur la rive du Jourdain. Avec le manteau d’Élie, il frappa les eaux, mais elles ne s’écartèrent pas. Élisée dit alors : ‘Où est donc le Seigneur, le Dieu d’Élie ?’ Il frappa encore une fois, les eaux s’écartèrent, et il traversa. » (2R 2, 7-14).
%d blogueurs aiment cette page :