Giovanni di Paolo, « Fuga in Egitto »

AE94ADE9-8563-4CC9-8A45-A38B8A495CE3_1_201_a

Giovanni di Paolo (actif à Sienne vers 1400 – 1482)

Fuite en Egypte, 1427.

Compartiment de la prédelle des Tre storie di Gesù, tempéra sur bois, 50 x 50,7 x 1,6 cm.

Inscriptions : /

Provenance : Don de l’abbé Ciaccheri.

Sienne, Pinacoteca Nazionale.

39B94777-5990-4BEA-B959-AC75A8241ACA_1_201_a

1

La sublime beauté des trois petits panneaux de la Pinacothèque trouve ici son achèvement et son point culminant. Le paysage de la Fuite en Egypte nous ramène à ceux, caractéristiques, de la campagne environnant Sienne que l’on appelle les Crete senesi, non sans les idéaliser au passage par la diversité des scénettes dont elle est emplie [1] : ici, un paysan plante sa bêche dans la terre pour la travailler tandis que s’approche derrière lui un soldat menaçant, là un individu transporte des charges sur le dos de son animal, tandis qu’au loin, un laboureur (fig. 1) vaque à ses occupations dans un champ. Chemin faisant, nous aurons dépassé une menue demeure paysanne et entrevu dans le lointain une somptueuse ferme fortifiée au bord d’une rivière.

1A20015F-3108-4591-843B-5F79C17D1E39_1_201_a

2

Tous les personnages semblent parfaitement indifférents au passage de la famille du Christ alors que celle-ci traverse le champ de l’image en en empruntant la bordure, sur un parcours parfaitement horizontal qui semble se jouer des reliefs des terres environnantes. Même les deux élégantes arrêtées à gauche de l’image n’ont pas été dérangées dans leur discussion par le passage de la petite troupe. En fait, il demeure l’âne sur le dos duquel est montée la Vierge, le seul, peut-être, sous le poids de sa charge,  et l’œil averti, à avoir une vraie conscience de l’événement en cours (fig. 2).

[1] Giovanni di Paolo s’inspire de l’une des sources siennoises les plus emblématiques : le paysage du Bon Gouvernement d’Ambrogio Lorenzetti au Palazzo Pubblico, auquel il emprunte certaines figures (le paysan labourant son champ en reverse). Voir Dòra Sallay, in SEIDEL 2010, p. 213.