Ansano

Simone Martini, « Saint Ansano », détail de « L’Annunciazione ». Florence, Galleria degli Uffizi.

Ansano (Rome, 284 – Dofana [dans l’actuelle province de Sienne], 303 ou 304 ?) : selon la tradition, c’est lui qui introduisit le christianisme à Sienne, colonie romaine alors connue sous le nom de Saena Julia. Il fut décapité au bord de la rivière Arbia, dans l’actuelle Province de Sienne où est nommé affectueusement sous le diminutif Sano, ou « Le Baptiste » ou encore « L’apôtre de Sienne »

La translation de son corps dans la Cathédrale de Sienne a eu lieu le 6 février 1107. Martyr, il est aussi l’un des quatre Patrons (Protecteurs) de Sienne avec les saints Savinus, Crescentius et Victor.

F61E416D-7207-4F46-880D-B0E4570BCAE2.jpeg
Simone Martini, « Saint Ansanus », New-York, The Metropolitan Museum of Arts, Lehmann Collection.
Iconographie

Ansano est représenté

  • à l’âge de l’adolescence
  • imberbe
  • sous les traits d’un très jeune combattant chrétien

Il peut porter :

  • la palme du martyre (presque toujours)
  • une bannière (la plupart du temps la Balzana siennoise)
  • une fine et longue croix la plupart du temps de couleur rouge (voir Maestà de Duccio)
  • un cœur sur lequel on peut lire les lettres du monogramme du Christ « I H S » [1]
  • un régime de dattes (emblème de sainteté ; c’est pourquoi la Vierge est souvent comparée à la palme d’un dattier)

Scènes de la vie du saint :

  • Ansano baptise les siennois
  • Martyre de saint Ansano

[1] Le monogramme « IHS » ou parfois : « JHS » est une translittération incomplète du nom de Jésus en grec : I = J ; H = E ; Σ = S (JES = Jésus, ΙΗΣΟΥΣ étant le nom complet en grec).