République de Sienne « abritée » dans Montalcino (1555-1559)

Après la chute de Sienne en 1555, les grandes familles et un nombre importants de réfugiés abandonnent la ville pour se retirer à Montalcino, qui résiste encore aux armées impériales, tandis que tout le territoire siennois est progressivement conquis par les Médicis et les troupes espagnoles

Dans la ville de Montalcino, un nouveau gouvernement est organisé. Il est composé de huit citoyens et dirigé par le Capitaine du Peuple, qui a également pris le titre de « député pour la défense de la liberté ». Le premier gouvernement est nommé par Blaise de Monluc, commandant des troupes françaises, par délégation du Conseil général. C’est la dernière phase de la Guerre de Sienne.

La résistance se poursuit encore pendant quatre ans, jusqu’à ce que la garnison française abandonne les Siennois à la suite de la paix signée au Cateau-Cambrésis le 3 avril 1559. Marquant la fin de la République de Sienne et, par la même occasion, celle des Guerres d’Italie, le traité de paix met rapidement fin à l’expérience de la République « abritée » dans Montalcino. La victoire de Florence est sans appel. Avant même la signature du traité Franco-espagnol Cosimo I de’ Médicis adresse à Blaise de Montluc une lettre dans laquelle il résume la situation dans une formule éloquente : l’État de Sienne « è mio e a me s’appartiene in tutto. » [1]« [L’État de Sienne] est à moi et m’appartient en entier. »  Extrait d’une lettre de Cosimo à Blaise de Montluc datée du 12 juillet 1557 (Danilo MARRARA et Carlo ROSSI, « Lo Stato di Siena tra Impero, Spagna e Principato mediceo (1554-1560) : questioni giuridiche e istituzionali », AA.VV, Toscana e Spagna nell’età moderna e contemporanea, Pise, Edizioni ETS, 1998, p. 15.

Montalcino capitule le 21 juillet 1559, suivie de peu par les garnisons de Porto Ercole et d’autres endroits de la Maremme, derniers points de résistance à la conquête florentine.

Notes

Notes
1 « [L’État de Sienne] est à moi et m’appartient en entier. »  Extrait d’une lettre de Cosimo à Blaise de Montluc datée du 12 juillet 1557 (Danilo MARRARA et Carlo ROSSI, « Lo Stato di Siena tra Impero, Spagna e Principato mediceo (1554-1560) : questioni giuridiche e istituzionali », AA.VV, Toscana e Spagna nell’età moderna e contemporanea, Pise, Edizioni ETS, 1998, p. 15.