Consiglio generale di Siena

À Sienne, les premières mentions d’un Conseil général (1244-1808), parfois nommé également Consiglio Generale della Campana (de la Cloche [1]) remontent au XIIe siècle. Ses origines sont probablement à rechercher dans le conseil des consuls qui, depuis 1167, s’était substitué aux évêques dans la conduite des affaires de la cité. Au début du XIIIe s., les fonctions du Conseil Général se précisèrent : celui-ci devint, au moins en théorie, l’organe délibératif le plus important de la Commune. Outre ses fonctions législatives, il exerçait une sorte de contrôle sur les actes du Consistoire et nommait les officiers dont les fonctions s’exerçaient à l’intérieur du pays siennois. Le nombre de ses membres a varié au cours des siècles bien que la norme prévoit un totale de trois cent participants.

Au cours de la seconde moitié du XIVe s., le Conseil général commença à perdre certaines de ses prérogatives au profit du Consistoire d’abord, puis de la Balìa. A l’époque medicéenne, le pouvoir du Conseil fut réduit à son strict minimum : c’est ainsi que la nomination des membres des offices publics nécessitèrent l’approbation du gouverneur nommé par le gouvernement grand-ducal. Il fut aboli en 1808 [2].

[1] Le Conseil Général était également appelé della Campana parce qu’il fut convoqué pendant des siècles au son de la cloche utilisée par le crieur public en Italie, autant que par le crieur lui-même.

[2] Voir : MARRARA, Danilo, Studi giuridici sulla Toscana medicea. Contributo alla storia degli Stati assoluti in Italia. Milano, 1965, pp. 111-130 ; ASCHERI, Mario, Siena nel Rinascimento. Istituzioni e sistema politico. Siena 1985, pp. 11-108.