Maniera

Le terme italien maniera, qui signifie littéralement manière (de faire) d’un artiste, a donné « maniérisme » en français. Ce mot qualifie, en art, un style spécifique éclos au XVIe s. Il peut donner lieu à un malentendu s’il est pris dans le sens général actuel (et péjoratif) du vocable « maniéré », qui marque le caractère affecté et quelque peu insipide de la chose qu’il qualifie.

La maniera rend compte, de façon bien plus valorisante, de la manière de faire d’un artiste, au sens du style de celui-ci. Il a fini par qualifier une époque de la peinture, florentine en particulier mais pas seulement, où le style imprimé à l’œuvre – avec une insistance qui peut, dans sa forme ultime, devenir parfois un systématisme gratuit et vide de sens – est l’une de ses qualités les plus remarquables, jouant généralement de quelques caractéristiques visuelles très spécifiques telles que l’allongement des corps, la torsion et la tension de ces mêmes corps dans l’espace, et un coloris acidulé (Pontormo, Rosso, Bronzino, Parmigianino) que Michel-Ange lui-même a exploité dans son œuvre paradigmatique, au plafond de la chapelle Sixtine.