Sala dei Nove

La Salle des Neuf ou Salle de la Paix

687B10F8-3110-463F-8BD8-E981B6CDBA6E
Mur sud

La salle des Neuf tire son nom de la salle où tenaient conseil les neuf magistrats qui gouvernaient la Commune de Sienne dans la première moitié du XIVe siècle. Ce régime a été l’un des plus solides de l’histoire de la République puisqu’il a survécu près de 70 ans, de 1287 à 1355 et a correspondu à une période de prospérité de Sienne, malgré de nombreux troubles qui l’ont périodiquement déstabilisé. Ce gouvernement était constitué de commerçants et de bourgeois, issus du parti guelfe. Ce régime autoritaire a favorisé le développement économique de Sienne et a été à l’initiative de nombreuses réalisations prestigieuses :

  • le lancement du chantier pharaonique du « Duomo nuovo » qui devait agrandir considérablement la cathédrale existante en transformant la nef en transept, pour en faire l’un des plus grands édifices de la Chrétienté – projet stoppé presque net par la peste noire de 1348
  • la construction entre 1297 et 1311 d’un nouveau Palazzo Pubblico, tel que nous le voyons aujourd’hui, dans lequel les Neuf ont vécu en permanence à partir de 1310
  • la commande de la décoration du Palais Public aux peintres les plus prestigieux de la première moitié du Trecento, parmi lesquels Simone Martini et Ambrogio Lorenzetti pour la Salle de la Mappemonde et Lorenzetti seul pour la Salle des Neuf.

La salle s’appelle aussi la Salle de la Paix, en référence à PAX, la figure centrale de la fresque du mur Nord et une des plus belles du cycle.

La circulation au sein du Palais Public différait de celle d’aujourd’hui. C’était particulièrement vrai pour la Salle des Neuf à laquelle on accédait par la porte  en arc située à gauche du mur Nord, sous la fresque de l’Allégorie du Bon Gouvernement, porte aujourd’hui condamnée. On en sortait par une porte aujourd’hui murée située tout à droite de la fresque du mur est des Effets du Bon Gouvernement. En sortant de la Salle des Neuf, le visiteur se trouvait ainsi dans l’axe de la Maestà de Martini. Quand aujourd’hui le touriste voit d’abord les deux Allégories du Bon et du Mauvais Gouvernement, le visiteur de l’époque découvrait en premier lieu les Effets du Bon Gouvernement. La scénographie voulue par Lorenzetti est donc perdue en raison des travaux de restructuration du Palais au cours des siècles.

Le centre d’intérêt de cette salle est l’immense chef d’œuvre qui en couvre les murs :