Giorgio Bandini, « I Precursori dell’Unità Italiana »

Giorgio Bandini (seconde moitié du XIXe s.)

Les Précurseurs de l’unité italienne, 1886-1888.

Fresques des voussures de la voûte de la Sala del Risorgimento.

Inscriptions : voir ci-dessous.

Provenance : In situ

Sienne, Palazzo Pubblico, Sala del Risorgimento.

Quatorze médaillons peints par Giorgio Bandini représentent des hommes célèbres que l’histoire et la littérature italiennes considèrent comme ayant tous eu une part, parfois héroïque, au combat séculaire pour la libération italienne du joug étranger, et par là, à la création de l’Etat italien moderne.

Dans les quatorze médaillons, sauf un, figurent des portraits de ces hommes célèbres traités à l’imitation des monnaies anciennes ; sur le pourtour figurent leurs noms respectifs ; chaque médaillon est accompagné d’un cartouche où l’on peut lire une citation.

Sur un plan purement décoratif, les pendentifs alternent un fond bleu et une inscription sur fond rouge et, inversement, un fond rouge et une inscriptions sur fond bleu.

L’unique médaillon dont l’image ne soit pas un portrait représente l’emblème de la Maison de Savoie accompagné du vaultre dantesque (n° 13 ci-dessous). Il est situé à l’aplomb des funérailles du roi Victor-Emmanuel II, manière supplémentaire, s’il le fallait, d’indiquer le rôle alloué à ce souverain dans la longue série d’événements qui ont conduit à l’unité de l’Italie.

1
4
7
10
13

2
5
8
11
14
3
6
9
12
  1. Giorgio Bandini, Arduino d’Ivrea
  2. Giorgio Bandini, Alessandro III P. M.
  3. Giorgio Bandini, Dante Alighieri
  4. Giorgio Bandini, Cola di Rienzo
  5. Giorgio Bandini, Francesco Petrarca
  6. Giorgio Bandini, Niccolò Macchiavelli
  7. Giorgio Bandini, Carlo Emmanuele I
  8. Giorgio Bandini, Giovacchino Murat
  9. Giorgio Bandini, Giuseppe Mazzini
  10. Giorgio Bandini, Vincenzo Gioberti
  11. Giorgio Bandini, Carlo Alberto
  12. Giorgio Bandini, Camillo di Cavour
  13. Giorgio Bandini, Stemma di Casa Savoia
  14. Giorgio Bandini, Giuseppe Garibaldi

[1] Arduino d’Ivrea 

[2] Vita Alexandri tertii, a cardinali aragonio (Cardinal d’Aragon, Vie d’Alexandre III) : histoire d’Alexandre III écrite par un auteur contemporain et recueillie avec quelques autres par le Cardinal d’Aragon. Il est probable que l’auteur mourut avant Alexandre ; son récit n’est pas terminé, et n’arrive que jusqu’à l’an 1178.

[3] Dante fut le premier à penser et à traduire au moyen de l’écriture le principe de l’unité de l’Italie, celle-ci pouvant advenir par la langue, par les mentalités et les coutumes, par la loi et grâce à un gouvernement, sous l’autorité d’un prince. Mais il concevait l’unité italienne comme une sorte de renaissance de l’Empire romain qu’il élargissait à certaines abstractions relatives à une monarchie universelle. Il n’est pas indifférent de noter que ce que Dante prônait, Napoléon 1er tenta à sa manière de le mettre en œuvre. Dans cette lettre datée du 10 octobre 1310 (Epistola ai Signori e Comuni e Popoli d’Italia) Dante demande aux princes, aux communes, aux populations d’accueillir avec obéissance et humilité les dispositions prises par l’empereur qui s’apprête à venir en Italie pour y être couronné. Le pape Clément V à invité lui-même les cités italiennes à se mettre à sa disposition (il ne tardera pas à faire volte face …).

[4] Extrait du Decreto di Cola di Rienzo circa i diritti del popolo Romano, e citazione degli Imperatori Tedeschi e degli Elettori, publié à Rome, le 1er août 1347. « totius italiae liberos esse censemus et ex nunc cives civitatum Italiae declaramus cives esse Romanos ac romanae libertatis privilegio volumus eos gaudere. »

[5] “ Spirto gentil, che quelle membra reggi
dentro le qua’ peregrinando alberga
un signor valoroso, accorto et saggio,
poi che se’ giunto a l’onorata verga
colla qual Roma et suoi erranti correggi,
et la richiami al suo antiquo vïaggio,
io parlo a te, però ch’altrove un raggio
non veggio di vertú, ch’al mondo è spenta,
né trovo chi di mal far si vergogni.
Che s’aspetti non so, né che s’agogni,
Italia, che suoi guai non par che senta:
vecchia, otïosa et lenta,
dormirà sempre, et non fia chi la svegli?
Le man’ l’avess’io avolto entro’ capegli.
” : “Noble esprit qui régit en ce moment ce peuple au milieu duquel un homme prudent et courageux s’est arrêté pendant son pèlerinage; puisque tu as l’honneur de tenir ce noble sceptre avec lequel tu peux corriger Rome et tous ceux qui y commettent des fautes ; c’est à toi que je m’adresse, puisque dans aucun autre , je ne vois briller un rayon de cette vertu qui s’éteint dans ce monde ; puisque je ne trouve personne qui ait honte de faire la mal ; puisque je ne sais ce qu’attend et désire l’Italie, et que l’on dirait qu’elle ne sent pas ses malheurs. Vieille, paresseuse et immobile, dormira -t-elle toujours ? Et ne se trouvera-t-il personne qui la réveille ? Ah ! Que je voudrais avoir la main entortillée dans ses cheveux.” Francesco Petrarca, Canzoniere, ”Spirto gentil”, première strophe.

[6] « Vedesi come la [l’Italia] prega Dio che gli mandi qualcuno che la redima da queste crudeltà ed insolenzie barbare. Vedesi ancora tutta pronta e disposta a seguire una bandiera, purchè ci sia alcuno che la pigli. Nè si vede al presente in quale la possa più sperare che nella illustre Casa Vostra, la quale con la sua virtù e fortuna, favorita da Dio e dalla Chiesa, della quale è ora Principe, possa farsi capo di questa redenzione. ” Niccolò Machiavelli, ”Esortazione a liberare la Italia da’ Barbari », Libro del Principe, chapitre XXVI. Sur le mode de la prophétie, Machiavel exprime ici avec flamme son dégoût de la “domination barbare” exercée par les états étrangers qui occupent l’Italie du Nord ; il invoque l’intervention des Médicis comparés à des condottières du passé qui devront rendre la liberté aux Italiens ; selon lui, le moment opportun est venu pour conduire une action de ce type. Malgré le tempérament velléitaire et franchement utopiste de l’écrivain, cette page en anticipe d’autres, rédigées par des auteurs lors de périodes à venir, et constitue une prise de position passionnée contre la crise politique qui afflige l’Italie au début du XVIe siècle, dont Machiavel a une conscience aiguë.

[7] « Italia, ah, non temer! Non creda il mondo 
ch’io mova a’ danni tuoi l’oste guerrera; 
chi desia di sottrarti a grave pondo, 
contro te non congiura. Ardisci e spera! 
     Sete di regno, al cui desire immondo 
sembra l’ampio universo angusta sfera, 
turba lo stato tuo lieto e giocondo, 
di mie ragioni usurpatrice altèra. 
     Ma non vedran del ciel gli occhi lucenti 
ch’io giá mai per timor la man disarmi, 
o che deponga i soliti ardimenti. 
     Se deggio, alto soggetto a bronzi e marmi, 
con rai di gloria abbarbagliar le genti, 
non fia giá senza gloria il trattar l’armi. » Carlo Emmanuele, Sonnet (en réponse à une exhortation à la paix reçue sous la forme d’un sonnet, auquel Charles-Emmanuel, lui-même auteur de poésies d’assez bonne facture, répondit sous la même forme, et avec les mêmes rimes), in Luigi Cibrario, Storia di Torino. Torino, 1846, p. 81.

[8] Joachim Murat (« Gioacchino Napoleone [Murat] »), roi de Naples, Déclaration du 30 mars 1815 : “Italiani, l’ora è venuta che debbono compirsi gli alti destini d’Italia. La provvidenza vi chiama in fine ad essere una nazione indipendente. Dall’Alpi allo Stretto di Sicilia odasi un grido solo: l’Indipendenza d’Italia. […] Padroni una volta del mondo, espiaste questa gloria perigliosa con venti secoli d’oppressioni, e di stragi. Sia oggi vostra gloria di non aver più padroni. Ogni nazione deve contenersi ne’ limiti che le diè natura. Mari e monti inaccessibili, ecco i limiti vostri. […] Stringetevi in salda unione, ed un governo di vostra scelta, una rappresentanza veramente nazionale, una Costituzione degna del secolo e di voi, garantisca la vostra libertà e prosperità interna, tosto che il vostro coraggio avrà garantita la vostra indipendenza […]. »

[9] Giuseppe Mazzini, « Programma dell’Italia del popolo », in Prose politiche (seconda edizione riveduta e ampliata). Genova, 1849, p. 264.

[10] Vincenzo Gioberti

[11] Carlo Alberto, Déclaration du 29 mars 1848. Le texte complet de cette déclaration est le suivant : 
« Carlo Alberto, per grazia di Dio Re di Sardegna, di Cypro e di Gerusalemme ecc. ecc. ecc. Ai suoi amatissimi Popoli.
I doveri di Re, gli obblighi che Ci stringono ai sacri interessi d’Italia C’impongono di portarmi co’ miei Figli nelle pianure Lombarde ove stanno per decidersi i destini della Patria Italiana. L’Esercito, Nostra lunga cura ed amore, Ci segue; un gran numero di valorosi Cittadini spontaneo è accorso a dividere con Noi le fatiche della guerra ed i pericoli delle battaglie.
Il nostro cuore esulta a sì solenne ed universale entusiasmo, bello e glorioso per Noi è l’esser Duce di Popoli generosi alla santa impresa iniziata dal Sommo PIO.
Alle Milizie Comunali del Regno, all’affetto del Popolo commettiamo con piena fiducia la guardia della mia Famiglia e la custodia dell’ordine pubblico, primo fondamento di ogni libertà.
Fedeli Savoiardi, valorosi Liguri, alla vostra fede, al vostro onore, al poderoso vostro braccio affidiamo la difesa dei Nostri confini e delle Nostre spiaggie; nell’assenza de’ vostri fratelli dell’Esercito sarete pacati e dignitosi guardiani delle Libere Istituzioni e della integrità della Patria.
Dato dal Nostro Quartier Generale in Voghera addì 29 di Marzo 1848. »

[12] « Vedete dunque, o signori, come le riforme, compiute a tempo, invece d’indebolire l’autorità, la rafforzano; invece di crescere la forza dello spirito rivoluzionario, lo riducono al l’impotenza. Io dirò dunque ai signori ministri: imitate francamente l’esempio del duca di Wellington, di lord Grey e di sir Robert Peel che la storia proclamerà i primi uomini di Stato dell’epoca nostra; progredite largamente nella via delle riforme, e non temete che esse siano dichiarate inopportune; non temete d’indebolire la potenza del trono costituzionale che è alle vostre mani affidato, chè invece lo afforzerete, invece con ciò farete sì che questo trono ponga nel nostro paese così salde radici, che quand’anche s’innalzi intorno a noi la tempesta rivoluzionaria, esso potrà non solo resistere a questa tempesta, ma altresì, raccogliendo attorno a sé tutte le forze vive d’Italia, potrà condurre la nostra nazione a quegli alti destini cui è chiamata. » Camille Cavour, « Discorso del deputato Cavour per l’opportunità della legge », prononcé à la Chambre des Députés, séance du 7 mars 1850.

[13] « […] ché questa bestia, per la qual tu gride, non lascia altrui passar per la sua via, ma tanto lo ‘mpedisce che l’uccide; e ha natura sì malvagia e ria, che mai non empie la bramosa voglia, e dopo ‘l pasto ha più fame che pria. Molti son li animali a cui s’ammoglia, e più saranno ancora, infin che ‘l veltro verrà, che la farà morir con doglia. Questi non ciberà terra né peltro, ma sapienza, amore e virtute, e sua nazion sarà tra feltro e feltro. » : « Prends donc une autre route, me dit-il en voyant mes larmes, si tu veux fuir ce lieu fatal ; car la louve qui t’épouvante garde éternellement le passage de la colline ; et quiconque oserait le franchir y laisserait la vie : elle ne connut jamais la pitié, et la pâture irrite encore son insatiable faim. Dans ses amours, elle s’accouple avec différents animaux, et se fortifie de leur alliance. Mais je vois accourir le lévrier généreux qui doit la faire expirer dans les tourments ; il naîtra dans les champs de Feltro. » Dante Alighieri, Divina Commedia, “Inferno” I, 96-107 (traduction nouvelle, Paris, Barrois le Jeune, Libraire, 1783). Les paroles extraites du poème sont si célèbres que les auteurs du décor de la voûte n’ont pas jugé nécessaire d’indiquer à sa suite le nom de son prestigieux auteur. Le vaultre (veltro) est un chien de chasse du type des lévriers. Dans cet extrait, le poète Virgile formule la première prophétie de la Divine Comédie : un vaultre réussira à faire cesser pour toujours la cupidité, incarnée par la figure d’une louve insatiable. Le nom de celui qui, pour Dante, se cache derrière la figure allégorique du chien de chasse rencontré dans cette prophétie demeure incertain aujourd’hui encore : selon l’opinion la plus partagée, le vaultre fait allusion à l’empereur Henri VII en qui, pour Dante, l’homme politique autant que le poète, reposait l’espoir de voir l’Italie se réformer fondamentalement. D’autres interprétations ont également cours de nos jours, et un homme politique récent a fait l’objet de sarcasmes fondés sur le détournement de cette poésie célèbrissisme en Italie. L’emplacement du vers dantesque à proximité de la paroi où se déroule le Transfert de la dépouille de Victor-Emmanuel II au Panthéon semble une fois encore désigner en la personne du roi savoyard le l’homme providentiel venu au secours de l’Italie.

[14] “Le principal besoin de l’Italie pour parvenir à l’unité était la concorde. Pour cela, il [Dieu ?] donna à notre pays Victor-Emmanuel que nous pouvons appeler le véritable Père de la Patrie italienne.” Giuseppe Garibaldi, Proclamation « alla cara popolazione di Napoli », Salerne, 7 settembre 1860, matin.