Architecture d’une église

Orientation de l’église

On dit généralement d’une église qu’elle est orientée lorsqu’elle est axée vers l’orient [1]Et non vers Jérusalem comme on le croit souvent., le porche d’entrée étant situé à l’ouest, le chœur, et donc l’autel, à l’est. Il apparaît cependant que l’orientation des églises n’est pas une règle intangible [2]Éric Rebillard et Claire Sotinel, Économie et religion dans l’antiquité tardive. Paris, Brepols, 2007, p. 143..

Il semble que, jusqu’au Ve siècle, les chrétiens aient adoré Dieu le visage tourné vers l’orient, l’attente du soleil levant (symbole du Christ ressuscité) étant un trait essentiel de la prière et de la spiritualité chrétiennes hérité du culte païen voué au soleil (Sol Invictus). . Jusqu’au XVe s., la plupart des églises adoptent cette orientation, avant que son principe symbolique tombe peu à peu en désuétude.

Différents types d’églises

En architecture, la principale différence observable entre les différents types d’église existant tient, outre leur style et leur place dans la hiérarchie, à leur plan, basilical ou centré :

  • Église à plan basilical. Au sens architectural [3]Au sens du droit canon, le terme « basilique » est un titre que le pape confère à certaines églises pour souligner leur prestige ou leur caractère insigne. Outre son caractère honorifique, le titre de basilique mineure confère à l’église concernée tous les droits, privilèges, prérogatives, honneurs, etc. attachés à ce titre., la basilique est un édifice principalement caractérisé par son plan rectangulaire et par sa division intérieure en plusieurs vaisseaux au moyen de colonnades ; la basilique chrétienne s’inspire d’un type de bâtiment civil fréquent dans les villes de l’empire romain, de grandes dimensions [4]Ces grandes dimensions rendues possibles grâce à la structure des basiliques ont certainement été déterminantes aux yeux des décideurs des premiers temps de la chrétienté : le culte s’exerçant dorénavant en présence des fidèles invités à l’intérieur du lieu sacré (en Grèce et à Rome, seuls les prêtres pénétraient dans le sanctuaire, la foule des adeptes restant à … Poursuivre portant le même nom, et servant généralement aussi bien de marché couvert que de tribunal ou de salle de réunions publiques. Le plan basilical est, de loin, le plus fréquemment adopté pour les églises chrétiennes. [5]Howard Saalman, L’architecture romane. L’architecture européenne entre 600 et 1200. Paris, Éditions des Deux Mondes, 1962.
Parties constitutives de l’église

En plan :

En élévation :

Ouvertures :

Notes

Notes
1 Et non vers Jérusalem comme on le croit souvent.
2 Éric Rebillard et Claire Sotinel, Économie et religion dans l’antiquité tardive. Paris, Brepols, 2007, p. 143.
3 Au sens du droit canon, le terme « basilique » est un titre que le pape confère à certaines églises pour souligner leur prestige ou leur caractère insigne. Outre son caractère honorifique, le titre de basilique mineure confère à l’église concernée tous les droits, privilèges, prérogatives, honneurs, etc. attachés à ce titre.
4 Ces grandes dimensions rendues possibles grâce à la structure des basiliques ont certainement été déterminantes aux yeux des décideurs des premiers temps de la chrétienté : le culte s’exerçant dorénavant en présence des fidèles invités à l’intérieur du lieu sacré (en Grèce et à Rome, seuls les prêtres pénétraient dans le sanctuaire, la foule des adeptes restant à l’extérieur), il importait de disposer d’importants espaces d’accueil.
5 Howard Saalman, L’architecture romane. L’architecture européenne entre 600 et 1200. Paris, Éditions des Deux Mondes, 1962.
%d blogueurs aiment cette page :