« Dossale »

Le terme italien dossale désigne un panneau dont l’ornementation est en lien avec la liturgie, et qui est placé contre la paroi à laquelle est adossé l’autel auquel il est destiné, à l’arrière et en surplomb de celui-ci.

L’étymologie explicite la caractéristique principale de cet objet, à la fois cultuel et artistique ; le terme dossale est dérivé du latin dorsalis, quelquefois employé dans les documents les plus anciens où il peut également être dénommé retrotabula, qui deviendra retable en français.

De par sa position spatiale à l’arrière et au-dessus de l’autel, le retable s’oppose à l’antependium qui est placé à l’avant de celui-ci, et nécessairement au-dessous. Comparé à l’antependium, le retable présente l’avantage sur lui d’être largement visible depuis la nef.

Les premiers retables peints, appelés dossali en Italie, sont constitués d’un panneau unique, au format horizontal, dont la partie supérieure forme un angle, à la manière d’un fronton ou d’une cuspide. Plusieurs figures y sont représentées à mi-corps de part et d’autre de la figure centrale, le plus souvent une Vierge à l’Enfant (ex. : Guido da Siena, « Madonna col Bambino e i Santi Francesco, Giovanni Battista, Giovanni Evangelista, Maria Maddalena »).

Guido da Siena, « Madonna col Bambino e i Santi Francesco, Giovanni Battista, Giovanni Evangelista, Maria Maddalena. » Sienne, Pinacoteca Nazionale.