Qu’est-ce que l’Office de la Biccherna ?

L’origine du mot « biccherna » est incertaine et demeure actuellement encore discutée. Le vocable pourrait provenir du terme « blacherne » qui désignait, à Constantinople [1], le district où se trouvaient les bureaux publics, voire les bâtiments occupés par ces mêmes bureaux.

La magistrature financière de la Biccherna était l’une des principales de la République de Sienne. Son activité est documentée à partir du XIIe siècle [2] et a duré jusqu’en 1786. Le modèle de ce type d’organisme complexe et efficace semble provenir de l’empire romain d’Orient avec lequel Sienne entretenait des relations commerciales depuis la première croisade de l’an 1096. Il a remplacé l’organisation fiscale préexistante liée au pouvoir de l’évêque et fonctionnant sur un modèle hérité de l’empire. Pendant sa longue période d’activité, la magistrature de la Biccherna a occupé une salle du Palazzo Pubblico située au rez-de-chaussée et donnant sur l’actuelle place du marché située en contrebas.

[1] Sienne et Constantinople entretiennent des rapports qui ont commencé avec la participation de la ville à la Première Croisade, en l’année 1096, et se sont durablement développés grâce à l’important réseau commercial organisant les rapports économiques et les échanges comerciaux entre les négociants-banquiers de Sienne et les bureaux administratifs du Proche Orient.

[2] Très exactement en 1168, dans l’acte de donation de la ville d’Asciano par les comtes Scialenghi aux consuls de Sienne.